Go to Contents Go to Navigation

Du sommet à derrière les barreaux, la chute de Park

Actualités 31.03.2017 à 11h19
La voiture transportant l'ancienne présidente Park Geun-hye se dirige le 31 mars 2017 vers le centre de détention de Séoul après la Cour centrale du district de Séoul a émis un mandat d'arrêt à son encontre.

SEOUL, 31 mars (Yonhap) -- La descente aux enfers de l’ancienne présidente Park Geun-hye se poursuit. Elle est désormais privée de liberté suite à la décision ce matin de la Cour centrale du district de Séoul de la placer en détention provisoire dans le cadre du scandale de corruption et d’abus de pouvoir.

Park voit ainsi ses 19 ans de carrière politique s’effondrer à cause de ses liens avec son amie de 40 ans, Choi Soon-sil, pour qui elle a «lâché le mur de la vigilance», comme elle l’a reconnu lors de son allocution à la nation prononcée le 4 novembre dernier.

La fille aînée de l’ancien président Park Chung-hee était devenue la «reine des élections» avant d'être élue première femme présidente de la République de Corée en décembre 2012 avec plus de la moitié des votes. Le scandale l’a toutefois fait descendre du sommet pour l’envoyer derrière les barreaux aujourd’hui.

Sa carrière politique a débuté avec son adhésion au Grand Parti national en décembre 1997. Park, qui a mené une vie d’ermite pendant 18 ans après le décès de son père en 1979, a fait sa réapparition au grand public en affichant son soutien au candidat présidentiel conservateur de l'époque, Lee Hoi-chang, pour empêcher le pays de s'engouffrer dans la crise financière asiatique de 1997.

Elle a été élue cinq fois députée avec une première victoire dans la circonscription de Dalseong, à Daegu, aux élections partielles de 1998.

Park a consolidé sa position politique en dirigeant le Grand Parti national qui avait été affaibli pour avoir cherché la destitution du président de l’époque, Roh Moo-hyun en raison d'une affaire de fonds électoraux illicites.

A la tête du parti pendant deux ans et trois mois, Park a aidé son parti à remporter de nombreuses victoires écrasantes face au parti au pouvoir de l’époque lors d’élections partielles et régionales et s’est alors vu attribuer le surnom de «reine des élections».

En devenant l’un des grands favoris, elle s’est portée candidate à la primaire de l’élection présidentielle de 2007 mais a dû reporter son ambition présidentielle suite à sa défaite face à son prédécesseur Lee Myung-bak.

Park s’est bâtie une image de femme politique ayant des principes et convictions. Elle a joué un grand rôle dans le rejet par le Parlement du projet de révision du plan de la ville administrative de Sejong. L’administration Lee Myung-bak cherchait à faire table rase de ce projet initié par son prédécesseur.

En se basant sur cette image, elle a remporté la victoire à l’élection présidentielle de 2012 et est devenue la première femme présidente de la République de Corée.

A la quatrième année de sa présidence, le scandale de corruption et de trafic d’influence impliquant son amie Choi a éclaté en envoyant en l’air tout ce qu’elle a bâti pendant ces 19 dernières années et déversant tous les week-ends des centaines de milliers de manifestants dans la rue réclamant son retrait.

La Cour constitutionnelle a destitué Park le 10 mars en entérinant à l'unanimité la motion de destitution adoptée par l’Assemblée nationale le 9 décembre de l'année dernière pour avoir laissé son amie s’immiscer dans les affaires de l’Etat et réaliser des bénéfices personnels en usant de ses liens avec l’ex-présidente.

Park a nié toutes les accusations portées à son encontre lors de son interrogatoire le 21 mars dernier au Parquet et à l'audition en vue d'examiner la demande de mandat d'arrêt hier, mais elle a finalement été placée en détention.

Après avoir quitté le bureau présidentiel Cheong Wa Dae, Park a déclaré le 12 mars dernier devant sa résidence privée être persuadée que «la vérité finira pas être mise au grand jour même si cela peut prendre du temps». Elle devra désormais mener une bataille judiciaire pour mettre au grand jour la vérité comme elle l’a dit.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page