Go to Contents Go to Navigation

THAAD : les sanctions chinoises pourraient entraîner des pertes économiques massives

Actualités 03.05.2017 à 14h19

SEOUL, 03 mai (Yonhap) -- D’après une étude de l’Institut de recherche Hyundai (HRI) publiée ce mercredi, la Corée du Sud et la Chine seront toutes les deux fortement impactées économiquement par le déploiement du système de défense antimissile à haute altitude THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) sur la péninsule coréenne.

L’étude prévoit que la quatrième économie d’Asie pourrait subir des pertes économiques considérables, 8.500 milliards de wons (7,5 milliards de dollars) cette année. Ce chiffre réduirait le produit intérieur brut (PIB) de la Corée du Sud de 0,5%. Il a également été prédit que les pertes de la Chine pourraient s’élever à 1.100 milliards de wons, correspondant à 0,01% de son PIB.

Pékin est vigoureusement opposé à l’installation d’une batterie THAAD sur le territoire sud-coréen, arguant que cela nuit à sa sécurité. Pour Séoul, ce bouclier antimissile est nécessaire pour contrer les menaces croissantes de la Corée du Nord.

THAAD : les sanctions chinoises pourraient entraîner des pertes économiques massives - 1

L’institut de recherche note par ailleurs que, en raison de la taille de son économie, la Chine aura moins de difficultés que la Corée du Sud à gérer les impacts négatifs. Par secteur, c’est celui du tourisme qui est le plus touché.

Le 15 mars dernier, les agences de voyages chinoises ont reçu l’ordre de ne plus vendre de circuits à destination de la Corée du Sud. «Si le nombre de visiteurs chute de 40% entre avril et décembre, cela entraînera une perte de 7.100 milliards de wons pour le secteur touristique local», anticipe HRI.

Pour ce qui est des produits, l’institut observe que ce sont les produits cosmétiques et alimentaires qui sont les plus affectés. Les sociétés sud-coréennes pourraient perdre jusqu’à 1.400 milliards de wons. Les secteurs de la culture et du divertissement sont également concernés même si HRI pronostique que les pertes dans la culture ne dépasseront pas les 10 milliards de wons.

«Les dommages causés par les actions de la Chine sont de plus en plus grands, mais il n’y a aucune raison de réagir de manière émotionnelle. Le pays doit plutôt trouver des solutions à long terme pour forger à nouveau des liens étroits avec son principal partenaire commercial», conclut Han Jae-jin, analyste chez HRI.

xb@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page