Go to Contents Go to Navigation

Plus de temps sera nécessaire pour le déploiement complet du THAAD en cas d'étude sur l'impact environnemental

Actualités 02.06.2017 à 10h39
le conseiller à la sécurité nationale Chung Eui-yong à l'aéroport international d'Incheon le 1er juin 2017 avant son départ vers Washington

WASHINGTON, 01 juin (Yonhap) -- Le déploiement complet en Corée du Sud du système de défense antimissile à haute altitude THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) nécessitera davantage de temps que prévu si une évaluation minutieuse de son impact sur l’environnement doit être établie, a déclaré ce jeudi le conseiller à la sécurité nationale Chung Eui-yong.

Ses propos laissent entendre fortement que Séoul compte mener une étude environnementale à part entière avant le déploiement de quatre véhicules lanceurs supplémentaires pour la batterie THAAD installée dans le sud du pays.

«Si nous menons une évaluation sur l’impact environnemental, je pense que cela prendra davantage de temps par rapport à notre précision initiale», a déclaré Chung à son arrivée à Washington pour des discussions avec des officiels américains sur le prochain sommet entre le président Moon Jae-in et son homologue américain Donald Trump.

D’après Chung, Moon a déclaré lors d’une réunion avec le sénateur démocrate américain Dick Durbin qui a eu lieu plus tôt cette semaine à Séoul qu’il y a un appel croissant chez les Coréens pour une évaluation environnementale complète.

La batterie THAAD en Corée du Sud a atteint la capacité opérationnelle provisoire à la fin d’avril après que les Etats-Unis ont fait venir deux véhicules lanceurs au début du mois de mars. Quatre lanceurs supplémentaires sont arrivés depuis.

L’arrivée des quatre lanceurs additionnels a provoqué un grand débat politique en Corée du Sud après qu’il a été révélé que le ministère de la Défense l’a intentionnellement omise dans son rapport soumis au cabinet du nouveau président Moon.

Lors de la réunion mercredi avec Durbin, Moon a souligné que l’enquête sur cette question était purement une question interne et ne visait pas à renverser la décision de Séoul d’accueillir le système ou d’envoyer un autre message aux Etats-Unis.

Par ailleurs, Chung a noté que le principal but de son voyage était de préparer le voyage de Moon aux Etats-Unis et d’ajuster les sujets qui figureront à l’ordre du jour du sommet avec Trump.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page