Go to Contents Go to Navigation

Pyongyang confirme le rapatriement de 48 enfants au cours des 3 dernières années

Actualités 19.06.2017 à 09h09

SEOUL, 19 juin (Yonhap) -- Dans une réponse au Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme (HCDH), la Corée du Nord a confirmé qu’il y a eu 48 enfants rapatriés depuis les pays voisins durant les trois années passées.

Selon le site Web des Nations unies, la Corée du Nord a rendu une réponse avant un examen sur la situation des droits de l’Homme par le Comité des droits de l’enfant en septembre prochain en donnant le nombre d’enfants rapatriés : «Quarante-huit enfants ont été rapatriés.»

D’après cette réponse de Pyongyang, certains enfants ont franchi illicitement la frontière, avec un accompagnateur ou non. Il a été précisé que, souvent, il s’agissait de cas d’incitation par des forces hostiles et que donc ils étaient victimes. Les autorités nord-coréennes ont souligné que ces enfants rapatriés n’ont pas été punis contrairement aux adultes accompagnateurs.

Il est rare de voir que la Corée du Nord divulgue le nombre d’enfants rapatriés depuis les pays voisins. Elle a même précisé que neuf enfants «enlevés par des actions des autorités sud-coréens mais rapatriés» faisaient des études à l’université d’architecture de Pyongyang et à l’université des sciences de l’éducation de Hamheung. Ce seraient les enfants rapatriés depuis Laos en 2013.

La Corée du Nord a par ailleurs rapporté qu’il y a eu six enfants hébergés dans des établissements d’accueil qui ont souffert de maltraitance ou ont été abandonnés, alors que six personnes de cet établissement ont reçu des sanctions. Concernant l’existence d’enfants détenus dans un centre de détention de prisonniers politiques, Pyongyang a nié littéralement. Sur les enfants des rues, la Corée du Nord a répondu qu’il était devenu rare d’en voir.

Enfants des rues

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page