Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(LEAD) Le Conseil de sécurité de l'ONU adopte unanimement les nouvelles sanctions contre la Corée du Nord

Actualités 06.08.2017 à 09h59
Réunion du Conseil de sécurité de l'ONU (EPA=Yonhap)

NEW YORK, 05 août (Yonhap) -- Le Conseil de sécurité des Nations Unies (ONU) a adopté unanimement des nouvelles sanctions contre la Corée du Nord ce samedi, privant le régime communiste de sources clés de revenus liées à ses exportations, afin de la punir pour ses deux tirs d'essai de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM).

Les sanctions de la résolution 2371 visent à réduire d'un tiers le revenu annuel de 3 milliards de dollars provenant des exportations nord-coréennes. Elles incluent une interdiction de toutes les exportations de charbon, de fer, de minerai de fer, de plomb, minerai de plomb et de fruits de mer.

La résolution appelle également à geler le nombre de travailleurs nord-coréens à l'étranger et limiter la création d'entreprises communes avec la Corée du Nord et les investissements dans les entreprises communes existantes. De plus, neuf individus nord-coréens et quatre sociétés nord-coréennes ont été placés sous le coup d’une interdiction de voyager et ont vu geler leurs avoirs.

Mais il n'y a pas eu de restrictions sur les exportations de pétrole vers la Corée du Nord, la Chine et la Russie craignant que cela pourrait aggraver la crise humanitaire dans le pays.

L’ambassadrice américaine aux Nations unies Nikki Haley a indiqué que les nouvelles sanctions ont augmenté la pénalité associée aux activités balistiques en Corée du Nord à un niveau jamais atteint. «Cette résolution regroupe la plus grande série de sanctions économiques jamais appliquée contre le régime nord-coréen», a-t-elle déclaré. «C’est la série de sanctions la plus contraignante (jamais appliquée) sur un pays en une génération.»

Les négociations sur la nouvelle résolution ont commencé après que Pyongyang a effectué son premier tir d'essai d'ICBM le 4 juillet. Après son deuxième tir le 28 juillet, les Etats-Unis ont signé un accord sur les sanctions contre le Nord avec la Chine, le premier partenaire commercial et allié de Pyongyang.

Malgré des réticences initiales, la Russie a approuvé la résolution. Le consentement de la Chine et de la Russie est essentiel car les deux pays sont membres permanents du conseil et disposent donc du droit de veto.

Réunion du Conseil de sécurité de l'ONU (AP=Yonhap)

Haley a remercié la délégation chinoise pour les «contributions importantes» qu’elle a apportées à la résolution. Elle a aussi appelé la communauté internationale à mettre en œuvre fidèlement les résolutions présentes et passées. «Nous devons travailler ensemble pour mettre pleinement en œuvre les sanctions que nous avons imposées aujourd’hui et celles imposées par les résolutions passées», selon Haley. «L’étape que nous avons prise aujourd’hui est importante. Mais nous ne devons pas nous leurrer en pensant que nous avons résolu le problème. Loin s’en faut.»

Cette résolution est la huitième adoptée par le Conseil de sécurité des Nations unies depuis 2006 contre la Corée du Nord. Les sanctions décidées l’année dernière ont limité les exportations nord-coréennes de charbon. Mais beaucoup estiment que ces dernières ne sont pas parvenues à freiner le développement nucléaire et balistique de la Corée du Nord.

«La menace nord-coréenne est toujours présente. Elle devient rapidement de plus en plus dangereuse», a estimé l’ambassadrice américaine. «Des mesures additionnelles doivent être prises», a dit Haley, qui a ajouté que les Etats-Unis continueront à prendre «des mesures défensives prudentes» pour se protéger, ainsi que ses alliés.

L’ambassadeur sud-coréen aux Nations unies Cho Tae-yul a salué l’adoption de la résolution, affirmant que Pyongyang doit assumer les conséquences des violations flagrantes des résolutions onusiennes. Cho a ajouté que la poursuite des programmes nucléaire et balistique en Corée du Nord ne feront que renforcer la détermination de la communauté internationale, et non pas assurer la sécurité du régime nord-coréen, comme le pense Pyongyang.

L’ambassadeur chinois Liu Jieyi a déclaré que la résolution n’a pas pour but de porter atteinte au peuple nord-coréen et a demandé à Pyongyang de cesser les activités pouvant aggraver les tensions.

Liu a aussi demandé l’arrêt du déploiement en Corée du Sud du bouclier antimissile THAAD, affirmant qu’il ne solutionnera pas l’impasse sur le dossier du nucléaire en Corée du Nord. Pékin estime que le système antimissile américain menace ses intérêts stratégiques.

L’ambassadeur russe Vasily Nebenzia a lui déclaré que les sanctions ne sont pas une fin en elles-mêmes mais un moyen de pousser Pyongyang vers des discussions productives.

rainmaker0220@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page