Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(LEAD) Séoul et Washington d’accord pour discuter à l'avance de mesures contre le Nord

Actualités 11.08.2017 à 14h18

SEOUL, 11 août (Yonhap) -- Les conseillers à la sécurité nationale de la Corée du Sud et des Etats-Unis sont convenus ce vendredi de discuter à l’avance des mesures que leurs pays pourraient prendre pour contrer la Corée du Nord, a rapporté Cheong Wa Dae, ce qui signifierait que Washington ne procèdera pas à des frappes préemptives sans consulter Séoul.

Cette entente a été passée lors d’une conversation téléphonique entre Chung Eui-yong, le chef du Bureau de la sécurité nationale du palais présidentiel, et son homologue américain H.R. McMaster. Le contact a débuté à 8h ce matin (heure de Séoul) et a duré une quarantaine de minutes.

Les deux hommes «ont discuté de la situation sécuritaire sur de la péninsule coréenne en lien avec les provocations nord-coréennes et la montée des tensions, et de la façon de traiter ces menaces», a dit en conférence de presse le porte-parole de Cheong Wa Dae, Park Soo-hyun.

«Les deux parties ont réaffirmé leur promesse de coopérer de manières étroite et transparente sur les mesures à prendre à chaque étape afin d’assurer la sécurité de la Corée du Sud, des Etats-Unis et de leur peuple.»

Chung Eui-yong et H.R. McMaster

Contestant la résolution adoptée en début de semaine par le Conseil de sécurité des Nations unies à l’initiative des Etats-Unis, Pyongyang a aussitôt réagi en disant envisager un plan de tir de missiles balistiques en direction de l’île de Guam, où sont stationnés des soldats américains.

Le président américain Donald Trump a répliqué en promettant «le feu et la furie» en cas de nouvelle provocation nord-coréenne. Hier, il a refusé de se prononcer sur la possibilité de frappes préemptives contre le Nord. Il s’est contenté de dire que «je ne parle pas de ça».

«Si la Corée du Nord pense à attaquer quelqu’un que nous aimons ou nous représentons, nos alliés ou nous, ils pourront être très, très nerveux», a-t-il ajouté. «Car des choses pourraient leur arriver comme jamais ils n’auraient imaginé.»

xb@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page