Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Le gouvernement n'envisage pas de redéployer des armes nucléaires tactiques américaines en Corée du Sud

Actualités 22.08.2017 à 22h18

SEOUL, 22 août (Yonhap) -- Le chef du Bureau de la sécurité nationale du palais présidentiel Chung Eui-yong a réitéré ce mardi que le gouvernement n’envisage pas de redéployer des armes nucléaires tactiques américaines en Corée du Sud, malgré la pression exercée par les députés conservateurs.

«Le gouvernement n'envisage pas du tout de déployer des armes nucléaires tactiques», a-t-il déclaré pendant une réunion du comité directeur de l'Assemblée nationale. Le contraire rendrait caduc l'engagement de Séoul envers une péninsule coréenne sans arme nucléaire, a dit Chung.

Le Parti liberté Corée, le principal parti de l'opposition, a demandé la semaine dernière le redéploiement des armes tactiques nucléaires américaines, devant les provocations grandissantes de la Corée du Nord. Ces armes avaient été évacuées de la péninsule après la signature en 1991 de la déclaration conjointe entre les deux Corées pour une péninsule sans nucléaire.

«Avec la politique de dissuasion des États-Unis, la Corée du Sud dispose d'assez de dissuasion nucléaire contre toute provocation nucléaire de la Corée du Nord», a déclaré Chung, ajoutant «c'est un problème difficile mais je pense que nous pouvons le solutionner de manière constructive.»

Chung a toutefois souligné le besoin d'améliorer grandement les capacités de défense du pays, notamment en augmentant le budget consacré à la défense. «Le principe de base est que nous devons posséder une puissance absolument supérieure à celle de la Corée du Nord.»

Le conseiller à la sécurité a également mis en avant la nécessité d'une alliance solide entre Séoul et Washington et a indiqué que les deux alliés sont en contact fréquent sur les problématiques liées à la Corée du Nord.

Le chef du Bureau de la sécurité nationale du palais présidentiel Chung Eui-yong (à droite) écoute le ministre de la Défense Song Young-moo avant une réunion du Conseil national de sécurité le 29 juillet 2017.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page