Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(3e LD) Moon ordonne une enquête sur la répression du mouvement démocratique de 1980

Actualités 23.08.2017 à 16h56
Moon et le soulèvement de Gwangju

SEOUL, 23 août (Yonhap) -- Le président Moon Jae-in a demandé ce mercredi matin au ministre de la Défense, Song Young-moo, d’entamer une enquête sur la répression militaire du mouvement pour la démocratisation du 18-Mai, qui a eu lieu en 1980 à Gwangju.

Cette investigation cherchera notamment à déterminer si la junte militaire de l’époque a envisagé d’effectuer des frappes aériennes sur cette ville située à 329 km au sud de Séoul.

«Le président Moon a ordonné aujourd’hui au ministre de la Défense Song Young-moo de lancer une enquête spéciale suite à des récents rapports de médias d’après lesquels il y a eu l’ordre de placer en standby des avions de chasse des forces aériennes pour une sortie possible vers Gwangju et des hélicoptères (de l’armée) ont tiré en direction d’un immeuble (à Gwangju)», a fait savoir Park Soo-hyun, le porte-parole de la Maison-Bleue, lors d’une conférence de presse.

Hélicoptère à Gwangju en 1980

Ces allégations, si elles se confirment, devraient s’ajouter à la liste des méfaits de l’ancien président et dictateur Chun Doo-hwan, qui est arrivé au pouvoir par un coup d’Etat militaire en décembre 1979.

Chun a déjà été reconnu coupable d’avoir été à l’origine d’une répression armée sur des milliers de personnes qui manifestaient pour la démocratie à Gwangju. Plusieurs centaines d’entre elles ont été tuées et plusieurs milliers d’autres blessées.

L’ancien dictateur rejette toutefois toute responsabilité dans ces actes de violence. Dans son autobiographie parue en avril dernier, Chun a une fois de plus nié avoir donné l’ordre d’employer des mesures répressives et a décrit le soulèvement de 1980 comme une «émeute».

Plus tôt ce mois-ci, un tribunal local a placé une injonction contre la vente de ce livre en estimant qu’il déforme des faits et l’histoire du pays.

Moon à Gwangju

Le ministère de la Défense a répondu plus tard dans la journée qu’une équipe serait formée pour donner suite à cette directive. «Nous formerons une équipe d’investigation spéciale et mènerons l’enquête spéciale très rapidement», a informé le porte-parole du ministère, Moon Sang-kyun, dans un communiqué.

Si des groupes civiques concernés souhaitent participer à l’enquête, a-t-il ajouté, le ministère «acceptera activement» leur offre. Il a promis que le ministère ferait de son mieux pour découvrir la vérité à travers cette investigation.

xb@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page