Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Moon et Abe d'accord pour résoudre pacifiquement le dossier nucléaire nord-coréen

Actualités 25.08.2017 à 14h49
Le président Moon Jae-in (à gauche) et le Premier ministre japonais Shinzo Abe (Photos d'archives Yonhap)

SEOUL, 25 août (Yonhap) -- Le président Moon Jae-in et le Premier ministre japonais Shinzo Abe se sont accordés à dire qu’il est nécessaire de poursuivre les sanctions et la pression sur la Corée du Nord et à terme de résoudre la question nucléaire à travers des moyens pacifiques, a fait savoir le bureau présidentiel Cheong Wa Dae.

Lors d’un entretien téléphonique, les deux dirigeants sont également convenus d’assurer une coordination étroite entre les deux pays et les Etats-Unis pour définir les «bonnes» conditions pour le dialogue avec le régime récalcitrant.

«Les deux dirigeants se sont mis d’accord pour travailler avec la communauté internationale à travers une étroite coopération Corée du Sud-Japon et Corée du Sud-Etats-Unis-Japon pour réaliser le démantèlement (des programmes nucléaire et de missiles du Nord)», a déclaré aux journalistes le porte-parole du bureau présidentiel Park Soo-hyun.

L’entretien de 30 minutes, le quatrième du genre, a eu lieu sur fond de signes d’apaisement des tensions qui ont été provoquées par les tirs d’essai de missiles balistiques de portée intercontinentale de Pyongyang du mois dernier et ses récents échanges de menaces avec Washington.

Après que Pyongyang a reporté sa menace de tirer une série de missiles en direction du territoire américain de Guam, des officiels américains ont noté que cette récente retenue dont a fait preuve Pyongyang a laissé entrevoir une ouverture vers le dialogue.

A propos des relations bilatérales, Moon et Abe se sont engagés à faire avancer les liens Séoul-Tokyo en les orientant vers le futur, tout en abordant soigneusement les conflits historiques dont la question des victimes coréennes du travail forcé au cours du joug colonial japonais.

A propos de cette dernière question, Moon a déclaré lors d’une conférence de presse la semaine dernière que le droit individuel des victimes de réclamer des compensations existe toujours bien que Tokyo avance que toutes les questions ont été réglées en vertu du traité signé entre les deux gouvernements en 1965.

Abe a de son côté mis en avant les inquiétudes des Japonais concernant les propos de Moon. Le président sud-coréen a rappelé en guise de réponse un verdict prononcé par la Cour suprême sud-coréenne selon lequel le droit des victimes de demander des compensations auprès de sociétés privées japonaises reste intact malgré le traité.

«Moon a tenu ces propos pour exprimer son souhait de voir la question ne pas faire obstacle au développement des liens orientés vers le futur entre les deux pays», a fait remarquer un officiel du bureau présidentiel sous couvert d’anonymat.

Les deux hommes sont également convenus de tenir une réunion mutuellement bénéfique en marge du Forum économique oriental qui aura lieu le mois prochain à Vladivostok, en Russie.

Cette conversation téléphonique est intervenue alors que Séoul et Washington mènent actuellement un exercice militaire conjoint que Pyongyang accuse d’être une répétition d’invasion. Elle a également lieu le jour du Songun, un jour férié au Nord marquant le début de la politique de l’ancien dirigeant Kim Jong-il donnant la priorité à l’armée.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page