Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Lee Jae-yong : le verdict du tribunal divise l'opinion

Actualités 25.08.2017 à 19h35

SEOUL, 25 août (Yonhap) -- Le monde politique et celui des affaires ont été divisés par la décision du tribunal ce vendredi de condamner l'héritier du groupe Samsung Lee Jae-yong à 5 ans de prison.

De nombreux hommes d'affaires, qui ont voulu rester anonymes, se sont dits choqués par la décision de la Cour centrale du district de Séoul, qui a condamné Lee à 5 ans d'emprisonnement pour, entre autres, corruption et détournement de fonds dans le cadre de l'affaire Choi Soon-sil ayant abouti à la destitution de l'ex-présidente Park Geun-hye.

«La cour aurait dû prendre en considération que Samsung n'avait pas d'intention criminelle mais voulait éviter de s'attirer des ennuis en refusant la requête du gouvernement», a déclaré une source.

Un autre responsable d'un grand groupe a trouvé qu'il est décevant que ce verdict tombe en des temps difficiles, alors que le pays fait face à des tensions diplomatiques avec la Chine et que les États-Unis se dirigent vers le protectionnisme.

«Samsung Electronics occupe 11,9% du secteur manufacturier en Corée du Sud et 30,7 % de ses bénéfices d’exploitation», a dit un autre représentant d’un groupe commercial. «L'absence prolongée de Lee devrait avoir des effets négatifs.»

Le parti au pouvoir a lui salué la décision. «Le verdict dénonce la relation de connivence entre le gouvernement et les grands groupes», a déclaré la présidente du Parti démocrate Choo Mi-ae. «Une entreprise doit être transparente pour pouvoir bénéficier de la confiance de la communauté internationale et renforcer sa compétitivité.» Choo a dit espérer que le jugement sera l'occasion pour Samsung de devenir une entreprise socialement responsable.

Le Parti du peuple pense que la communauté des affaires doit réaliser que la Corée du Sud ne tolérera plus les méfaits des conglomérats, comme le montre cette affaire.

Des députés du Parti liberté Corée, le principal parti de l'opposition, ont quant à eux refusé de livrer un commentaire sur le verdict.

Le milieu syndical a lui aussi salué la décision de la Cour. «Lee a personnellement fait usage de l'autorité de l'État pour faciliter sa succession à la tête du groupe, entraînant par la même occasion de très grandes pertes au service national des retraites», ont déclaré des syndicalistes de Samsung Electronics Service.

Lee Jae-yong.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page