Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(6e LD) La Corée du Nord tire un missile balistique au-dessus du Japon

Actualités 29.08.2017 à 14h43
Missile nord-coréen

SEOUL, 29 août (Yonhap) -- La Corée du Nord a lancé ce mardi matin un autre missile balistique qui a survolé le nord du Japon, a déclaré le Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS) de la Corée du Sud. Cette énième provocation fera monter à coup sûr la tension en Asie du Nord-Est.

«La Corée du Nord a lancé vers 5h57 un missile depuis les environs de Sunan à Pyongyang en direction de la mer de l'Est», a précisé le JCS. «Il a traversé l'espace aérien japonais» et est retombé dans l’océan Pacifique Nord. Il a été ajouté que le missile a parcouru une distance supérieure à 2.700 km et a atteint l’altitude d’environ 550 km.

Il est très rare que le pays ermite procède un tel tir depuis sa capitale, un signe qu’il cherche à diversifier ses bases de lancement pour échapper à la surveillance externe et à de possibles frappes préemptives.

Le Pentagone a confirmé que le missile nord-coréen a volé au-dessus du territoire du Japon. «Nous sommes toujours en train d’évaluer ce lancement. Le Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD) a déterminé que le tir de missile de la Corée du Nord n’a pas représenté de menace pour l’Amérique du Nord», a fait savoir le porte-parole du quartier général militaire américain, Rob Manning, dans un communiqué de presse.

Le secrétaire général du Cabinet japonais Yoshihide Suga a dénoncé ce tir en parlant de «menace grave sans précédent». En conférence de presse, il a précisé que le missile a volé au-dessus de Cape Erimo sur l’île de Hokkaido, dans l’extrême nord de l’archipel nippon, avant de retomber dans les eaux situées à 1.180 km plus à l’est.

Ce n’est pas la première fois qu’un missile nord-coréen survole le Japon. Le premier cas a eu lieu en 2009. Des informations sur cet incident sont fournies par le gouvernement japonais via son système J-Alert.

Télévision japonaise

Des officiels de la défense sud-coréenne ont émis la possibilité d’un missile balistique de portée intermédiaire Hwasong-12, a rapporté une source, comme il semble que le projectile ait été tiré selon un angle standard.

Le Hwasong-12 qui a été tiré par le Nord avec une trajectoire quasi verticale en mai dernier a parcouru la distance approximative de 780 km pour un apogée s’approchant des 2.110 km. Cela correspond à un vol horizontal de 4.500-5.000 km.

Il semblerait que le Nord cherche à prouver sa capacité à frapper les principales installations militaires américaines au Japon et à Guam alors que se tient actuellement l’exercice militaire sud-coréano-américain Ulchi Freedom Guardian (UFG) au Sud, a analysé un responsable du JCS devant la presse.

Cheong Wa Dae a aussitôt convoqué une réunion d'urgence du Conseil de sécurité nationale (NSC). Celle-ci a été dirigée par Chung Eui-yong, le chef du Bureau de la sécurité nationale du palais présidentiel.

Cette provocation nord-coréenne est un coup dur de plus pour les présidents sud-coréen et américain, Moon Jae-in et Donald Trump, qui cherchent à renouer le dialogue avec Pyongyang, et fera monter davantage la tension sur la péninsule.

Il y a trois jours seulement, le Nord avait tiré trois missiles balistiques de courte portée, mettant fin à plusieurs semaines de «retenue». Trump avait dit la semaine dernière qu’il était content de voir que le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un «commence à nous respecter».

Avant-hier, le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson avait déclaré, en dépit des lancements de la veille, que «nous allons poursuivre notre campagne de pression pacifique, [...] en travaillant avec les alliés et la Chine, et voir si nous pouvons ramener le régime de Pyongyang à la table des négociations avec la vision de commencer un dialogue en vue d’un futur différent pour la péninsule coréenne et la Corée du Nord».

A rappeler que l’exercice militaire sud-coréano-américain Ulchi Freedom Guardian est actuellement en cours au Sud. Ces manœuvres conjointes annuelles sont souvent utilisées par le Nord comme un prétexte pour provoquer.

Hier, des sources bien informées du Sud ont indiqué que Pyongyang semblait être prêt à effectuer un nouvel essai nucléaire sur son site de Punggye-ri. Le Nord célébrera l’anniversaire de sa fondation le 9 septembre.

Hwasong-12

xb@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page