Go to Contents Go to Navigation

Ban Ki-moon officiellement élu à la présidence de la commission d'éthique du CIO

Actualités 15.09.2017 à 09h48
Nouveau président de la commission d'éthique du CIO Ban Kim-moon

SEOUL, 15 sept. (Yonhap) -- L’ancien secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a été élu ce vendredi (heure coréenne) à la tête de la commission d’éthique du Comité international olympique (CIO).

Lors de sa 131e session qui se tient actuellement à Lima, au Pérou, le CIO a approuvé la désignation à la présidence de la commission d’éthique de Ban qui a dirigé l’ONU de janvier 2007 à décembre 2016. Son mandat de quatre ans est renouvelable une fois.

«Je suis persuadé que l’éthique est essentiel au succès de toute organisation», a déclaré Ban lors de la session du CIO. «C’est la raison pour laquelle j’ai fait de mon mieux pour renforcer la culture de l’éthique à l’ONU. J’ai promu la transparence et la responsabilité à travers tous les moyens dont je disposais et essayé de donner l’exemple.»

La commission d’éthique, un organe indépendant, établit un cadre de principes et examine les cas de violation du code d’éthique du CIO. Elle peut également proposer des mesures ou sanctions au comité exécutif du CIO. La commission est composée de neuf membres dont quatre membres du CIO.

«C’est avec humilité que j’accepte de travailler à la tête de la commission d’éthique du CIO. Joignons nos forces pour mettre en valeur le potentiel incommensurable du sport et ouvrir un monde meilleur où les droits de l’Homme sont défendus», a souligné Ban.

Le président du CIO, Thomas Bach, a de son côté déclaré que l’organe olympique était «honoré» de voir Ban accepter le travail. «Cela montre la confiance et le prestige dont jouit la commission à l’intérieur et à l’extérieur du monde sportif.»

L’une des tâches les plus pressantes de la commission sera de se pencher sur les éventuels achats de voix par certains membres du CIO pour l’attribution de JO.

Ban a par ailleurs promis que les prochains JO d’hiver de PyeongChang se dérouleraient en toute sécurité malgré les tensions accrues sur la péninsule coréenne suite aux provocations nord-coréennes. L'ancien ministre sud-coréen des Affaires étrangères a assuré que Séoul travaille étroitement avec le Conseil de sécurité de l'ONU.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page