Go to Contents Go to Navigation

Le Nord n'a montré aucune réaction face au survol des bombardiers américains, selon le NIS

Actualités 26.09.2017 à 15h35
B-1B Lancer (Photo d'archives Yonhap)

SEOUL, 26 sept. (Yonhap) -- La Corée du Nord n'a pris aucune action immédiate apparente en réponse au survol de sa côte est par des bombardiers stratégiques américains le week-end dernier, a affirmé ce lundi le Service national du renseignement (NIS) en notant qu'il est possible qu’elle n’ait pas su détecter complètement les avions militaires.

Lors d’une réunion parlementaire, le NIS a également noté que Pyongyang aurait réajusté la position de ses chasseurs et renforcé sa défense côtière, selon Lee Cheol-woo, président de la commission du renseignement de l’Assemblée nationale.

Escortés par des chasseurs F-15 de la base aérienne de Kadena à Okinawa, des bombardiers américains B-1B Lancer de la base aérienne Andersen à Guam ont effectué une sortie nocturne rarissime dans l’espace aérien international au nord de la Ligne de limite Nord (NLL), frontière maritime intercoréenne de facto. Selon Washington, ce survol illustre le fait qu'il prend très au sérieux «l'attitude imprudente» du Nord.

«Nous (les députés) avons entendu (de la part du NIS) que, comme le survol a eu lieu vers minuit, le Nord ne l’aurait pas anticipé du tout ou le Nord n’aurait pas pu prendre d’action comme son radar ou autre système n'aurait pas été en mesure de le détecter clairement», a déclaré à des journalistes Lee.

L’absence de réponse militaire du pays communiste belliqueux a suscité des spéculations selon lesquelles il est incapable de maintenir son système de radar pleinement opérationnel à cause de la pénurie d'électricité. Certains affirment qu'il a intentionnellement évité toute action comme le vol a été effectué dans l'espace aérien international.

Le Nord disposerait d’un système d'alerte précoce d’une portée atteignant les 600 kilomètres.

Au cours de la réunion, le NIS a également confirmé que Séoul et Washington s’étaient concertés en amont de la mission des B-1B.

Séoul cherche actuellement à calmer les suppositions affirmant que le vol effectué par les Etats-Unis seulement montre que Washington a organisé cette opération militaire sans consultation préalable.

Le président de la commission du renseignement a également dit, citant le rapport du NIS, que le Nord a au contraire accru ses précautions pour ne pas causer un affrontement militaire accidentel le long de la frontière intercoréenne tendue et a ordonné à son armée de «rapporter d'abord avant de prendre une quelconque mesure militaire».

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page