Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Séoul n’envisage pas de déployer d'autres batteries THAAD

Actualités 30.10.2017 à 16h38
La ministre sud-coréenne des Affaires étrangères.

SEOUL, 30 oct. (Yonhap) -- La Corée du Sud n’envisage pas de déployer d’autres batteries du système américain de défense antimissile à haute altitude THAAD (Terminal High Altitude Area Defense), a déclaré ce lundi la ministre sud-coréenne des Affaires étrangères Kang Kyung-wha.

Elle a également réitéré que la Corée du Sud n’intégrera pas le réseau de défense antimissile (MD) mené par les Etats-Unis.

«Nous n’envisageons aucun déploiement supplémentaire du THAAD», a dit Kang lors d’un audit parlementaire du ministère des Affaires étrangères.

L’armée américaine a installé une batterie THAAD composée de six véhicules lanceurs à Seongju, dans le sud du pays, ce en dépit de la forte protestation de la Chine qui estime que le THAAD pourrait nuire à sa sécurité stratégique.

Kang a réitéré que la batterie THAAD a pour but de protéger la Corée du Sud et l’armée américaine installée sur le sol sud-coréen contre la menace de missiles de la Corée du Nord.

«Je tiens à dire clairement que, comme je l’ai déjà expliqué plusieurs fois, le THAAD est une mesure d’autodéfense qui n’a rien à voir avec le MD», a souligné la ministre.

Kang a répondu qu’il n’y a «rien sur lequel il faut s’excuser» à une question de savoir si le gouvernement prévoit de s’excuser auprès de la Chine pour le conflit lié au THAAD.

La date de la visite du président Moon Jae-in à Pékin est en discussion, a ajouté Kang.

«Etant donné que les chefs d’Etat des deux pays se sont mis d’accord pour la visite (du président Moon) en Chine à un moment qui conviendra aux deux parties, au début du mois de juillet quand ils se sont rencontrés en marge de la réunion du G20, une discussion est en cours pour décider du moment», a-t-elle expliqué.

Par ailleurs, à une question sur l’éventuelle visite dans la Zone démilitarisée (DMZ) du président américain Donald Trump lors de son séjour en Corée du Sud au début du mois prochain, Kang a refusé de donner des précisions. Elle s’est contentée de dire que «toutes les options» sont sur la table des négociations.

kimsy@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page