Go to Contents Go to Navigation

PyeongChang 2018 : l'occasion de faire avancer les discussions pour un ALE eurasiatique

Actualités 23.11.2017 à 11h21

SEOUL, 23 nov. (Yonhap) -- Les Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang 2018 devraient accélérer la coopération économique entre la Corée du Sud et d’autres pays, en particulier les pays eurasiatiques avec lesquels Séoul cherche à conclure un accord de libre-échange (ALE), ont prévu ce jeudi des officiels.

Les JO de PyeongChang qui auront lieu du 9 au 25 février de l’année prochaine rassembleront en Corée du Sud un grand nombre de dirigeants politiques et économiques étrangers, ce qui offrira naturellement des opportunités de discussions sur des questions bilatérales et multilatérales. Des officiels espèrent que ce sera l’occasion de discuter en profondeur du projet de Séoul pour un ALE avec l'Union économique eurasiatique (UEEA).

Créée en janvier 2015, l’UEEA englobe la Russie, l’Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan et le Kirghizistan. Avec 180 millions d’habitants et un produit intérieur brut (PIB) global de 1.600 milliards de dollars, les pays de l’UEEA constituent des marchés émergents riches en ressources naturelles.

Conférence de presse conjointe Séoul-Moscou

Lors de sa visite à Vladivostok, en Russie, en septembre dernier, le président Moon Jae-in a fait part de l’intention de Séoul de signer rapidement un ALE avec la région eurasiatique.

Le même mois, le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Energie Paik Un-gyu a annoncé un plan de créer un groupe de travail pour tâter le terrain en vue d’un ALE. Il a également déclaré souhaiter lancer les négociations lorsque le président russe Vladimir Poutine viendra en Corée du Sud pour assister aux Jeux olympiques d’hiver même s'il a reconnu ne pas être sûr si un tel calendrier pourra être respecté.

La Corée du Sud cherche à entamer des discussions préliminaires avec la Russie avant le début des négociations avec d’autres membres, selon les officiels. Les deux pays ont achevé une étude conjointe en vue d’un ALE entre la Corée du Sud et l’UEEA.

Les principaux articles d’exportation sud-coréens vers la Russie sont les voitures passagers, les pièces détachées automobiles et la résine synthétique alors que ceux d’importation sont le pétrole brut, le gaz naturel et d’autres ressources naturelles.

«Nous chercherons un ALE englobant non seulement des marchandises et services mais aussi l’ensemble du spectre économique comme les investissements et la coopération industrielle et technologique», a noté un officiel du ministère du Commerce. «Nous avons besoin d’une stratégie permettant de relier la capacité manufacturière sud-coréenne, telle que le capital et les technologies, à la demande de la Russie pour l’industrialisation. La Corée du Sud soulignera qu’il y a une situation gagnant-gagnant si les projets de développement sud-coréens dans les domaines des énergies et de la pêche correspondent aux politiques industrielles russes.»

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page