Go to Contents Go to Navigation

(Interview Yonhap) Le président slovène soutient les efforts de Séoul pour le dialogue avec Pyongyang

Interviews 21.02.2018 à 14h56
Le président slovène Borut Pahor au cours de l'interview accordée à Yonhap le mardi 20 février 2018 à Séoul.

SEOUL, 21 fév. (Yonhap) -- Le président slovène Borut Pahor a affiché un fort soutien aux efforts sud-coréens pour le dialogue en vue de résoudre l’impasse nucléaire nord-coréenne.

Il a toutefois estimé que la Corée du Nord n'abandonnerait pas facilement ses armes nucléaires, constituant son «seul levier», avant de souligner l’importance de la coopération internationale pour accroître la pression pour que le pays communiste renonce à ses ambitions nucléaires.

«Je dois reconnaître le scepticisme et la critique à l’égard de la décision (du président Moon Jae-in) de rechercher le dialogue mais laissez-moi aussi dire que je reconnais son courage d’avoir pris une telle décision. C’est une décision difficile mais je pense que c’est la bonne», a déclaré Pahor lors d’une interview accordée hier à l’agence de presse Yonhap à Séoul.

«Je suis très favorable à sa politique. J’aimerais qu’elle soit une grande inspiration pour la communauté internationale et montre qu'il est important de prendre le risque d'engager un dialogue et non d’aggraver le conflit», a-t-il ajouté.

Pahor est actuellement en visite en Corée du Sud pour les Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang qui se poursuivront jusqu’à dimanche. Il a tenu un sommet avec Moon hier et a effectué une visite dans la Zone démilitarisée (DMZ) séparant les deux Corées, qu’il a décrite comme une «unique» expérience.

Sur fond de scepticisme et critique persistants, ce sur quoi le président Moon doit se concentrer le plus est, selon le président slovène, l'établissement d'un «consensus» au sein de son peuple pour donner un nouvel élan à son initiative de paix.

«Peut-être ce sera la partie la plus difficile de son travail. Je lui rends les honneurs. (Mais) il doit communiquer avec son peuple pour construire une sorte de consensus», a-t-il noté.

Il a en outre fait part de ses inquiétudes sur la difficulté extrême de convaincre le Nord à abandonner ses armes nucléaires comme celles-ci sont le seul levier qu’il détient pour l’instant.

«Le seul levier que la Corée du Nord possède est la force nucléaire. Et c’est pourquoi je me demande comment, quand et si le régime à Pyongyang sera prêt, et dans quelles circonstances, à faire la table rase de la décision d’être une puissance nucléaire», a-t-il noté.

«Je soutiens le dialogue. Je soutiens aussi les sanctions... et je souhaite sincèrement que la Chine et le président Xi aillent avec les Etats-Unis et votre pays et soient plus durs vis-à-vis du régime à Pyongyang», a-t-il ajouté.

Il a de même fait allusion à la possibilité que la Slovénie joue un rôle étant donné ses relations étroites avec la Chine et la Russie, pays cruciaux pour appliquer la pression sur le Nord.

Pahor a mis l'accent sur l'importance de la coopération internationale pour faire face à des questions d'une grande complexité comme le problème nucléaire nord-coréen en ajoutant que la Slovénie le sait aussi bien que n’importe quel autre pays.

«Comme je l'ai dit à votre président, en tant que président d'un tout petit pays européen, j'aimerais avoir autant d'amis possible à travers le monde et, pour réaliser cela, il est important de comprendre la complexité des problèmes auxquels nous faisons face tous ensemble», a-t-il dit. «Ensemble, nous sommes plus forts.»

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page