Go to Contents Go to Navigation

Un jour dans l'histoire de la Corée

Actualités 27.02.2018 à 00h00

27 février

1948 -- Le gouvernement publie une déclaration revendiquant sa compétence sur Dokdo, des îlots situés à mi-chemin entre la Corée du Sud et le Japon. Le gouvernement japonais avait auparavant déclaré qu'il ne reconnaissait pas la revendication de la Corée du Sud à propos de ces îlots en mer de l'Est, aussi connue sous le nom de mer du Japon.

1959 -- Jo Bong-am, homme politique qui s'est présenté face au premier président de la nation, Rhee Syng-man, à l'élection présidentielle de 1956, est condamné à mort par la Cour suprême pour violation de la Loi sur la sécurité nationale. Le parti au pouvoir avait accusé le député de l'opposition et d’autres membres de son parti de préconiser un plan d'unification similaire à celui de la Corée du Nord. Le parti avait déclaré que Jo ainsi que d’autres personnes étaient entrés en contact avec des espions nord-coréens et avaient essayé de faire élire des sympathisants communistes au Parlement sud-coréen. La cour juge les autres accusés non coupables. Jo sera exécuté le 31 juillet 1959.

1990 -- La construction de deux centrales nucléaires situées à Uljin, à 330 kilomètres au sud de Séoul, est achevée. Ce sont les 8e et 9e centrales de la Corée du Sud.

1996 -- L’Organisation pour le développement énergétique de la péninsule coréenne (KEDO) décide de construire des réacteurs à eau légère dans la ville nord-coréenne de Sinpo, située dans la province du Hamgyong du Sud. La KEDO a été créée en 1995, un an après l'accord de Genève de 1994 entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, à travers lequel Washington s’est engagé à fournir des réacteurs à eau légère et du fioul lourd en échange du démantèlement du programme nucléaire de Pyongyang. Mais la KEDO cessera pratiquement toutes ses activités après octobre 2002, lorsque les Etats-Unis accuseront la Corée du Nord de poursuivre clandestinement un programme d'enrichissement d'uranium en violation de l'accord de 1994.

2002 -- Le syndicat de la société ferroviaire nationale met fin à une grève de trois jours après avoir trouvé un accord avec le président de la société. Le syndicat avait lancé une grève pour protester contre un plan du gouvernement visant à privatiser l’entité publique.

(FIN)

Accueil Haut de page