Go to Contents Go to Navigation

Le réalisateur Kim Ki-duk face à de nouvelles allégations d'agressions sexuelles

Actualités 07.03.2018 à 14h26

SEOUL, 07 mars (Yonhap) -- Kim Ki-duk, un cinéaste de renommée internationale, aurait demandé à des actrices de coucher avec lui et aurait violé l'une d'entre elles, selon des témoignages de prétendues victimes.

«PD's Notepad», une émission d'investigation de MBC, a dévoilé hier plus de détails sur les allégations d'inconduites sexuelles impliquant Kim et l'acteur Cho Jae-hyun, qui apparaît fréquemment dans les longs-métrages du célèbre cinéaste, à travers des interviews de trois actrices.

Ces révélations viennent s'ajouter à de nombreuses autres accusations alors que le mouvement #MeToo se répand à travers la société sud-coréenne dominée traditionnellement par les hommes avec de plus en plus de victimes qui sortent de l’ombre pour confier avoir souffert d'inconduites sexuelles.

Une image promotionnelle du programme d'investigation de MBC «PD's Notepad», qui a révélé des allégations de violences sexuelles impliquant Kim Ki-duk, un réalisateur de renommée internationale, le 6 mars 2018.

Une actrice, qui n'a pas été nommée dans le programme, a accusé Kim de lui avoir demandé d’avoir des relations sexuelles avec lui avant un tournage en mars 2013. C’est la même comédienne qui a porté plainte contre le réalisateur pour l'avoir insultée et frappée l'année dernière.

Elle a déclaré que Kim a réclamé de loger ensemble avec une autre femme de l’équipe du film «Moebius» pour lequel elle avait été engagée après avoir dîné avec d'autres acteurs et membres de l’équipe pendant la pré-production.

«Chaque fois que j'essayais de sortir de l'appartement, il me bloquait en me suggérant de dormir avec lui. Il continuait à exiger des relations sexuelles ensuite», a-t-elle déclaré dans l’émission télévisée. Elle a également allégué qu'elle avait été congédiée plus tard pour avoir refusé ses avances répétées.

La deuxième actrice, qui a également parlé sous couvert d'anonymat, a confié avoir enduré près de deux heures de propos sexuels humiliants du réalisateur quand elle l'a rencontré dans un café pour une audition.

«J'ai quitté le café avec l'excuse d'aller aux toilettes un moment. J’ai perdu la tête pendant un mois après ça», s’est-elle souvenue.

Cette photo d'archives montre l'acteur Cho Jae-hyun.

La troisième comédienne a affirmé que Kim a abusé d'elle sexuellement juste après l’avoir choisie pour un film et l’a violée pendant un tournage.

«Le réalisateur Kim, Cho Jae-hyun et son manager frappaient à la porte de ma chambre comme des hyènes tous les soirs. Quand j'étais seule, j'étais tellement effrayée et horrifiée à cause de l'anxiété que n'importe qui pouvait venir me rendre visite», s’est remémorée la comédienne anonyme.

Elle a affirmé avoir été violée par le réalisateur ainsi que l'acteur, et que le manager de Cho a tenté de la violer. «Comme il était toujours obsédé (par le sexe), il semblait faire des films pour ça», a-t-elle dit.

Kim et Cho ont collaboré pour des films comme «Crocodile», «Wild Animals», «The Isle», «Address Unknown», «Bad Guy» et «Moebius».

Le réalisateur, lauréat du Lion d’or du festival de Venise, a nié les allégations d'agressions sexuelles dans «PD's Notepad», affirmant qu'il n'a jamais utilisé sa position de réalisateur pour satisfaire un désir personnel.

Cho a affirmé que 80% des récentes accusations d'agressions sexuelles le visant étaient fausses. «Il y a tellement de revendications qui sont déformées», s’est-il défendu.

L'acteur de 53 ans a démissionné de son poste de directeur exécutif du Festival international du documentaire de la DMZ, qu'il dirigeait depuis 2009, et de celui de professeur de l'université Kyungsung à Busan à la fin du mois dernier après qu'une actrice a déclaré avoir été abusée sexuellement par lui. Il s'est également retiré de son rôle principal dans la série télévisée «Cross», actuellement diffusée sur la chaîne câblée tvN.

lp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page