Go to Contents Go to Navigation

Un nombre record de contrôles antidopage ont été effectués durant les JO

Actualités 07.03.2018 à 15h05
Un nombre record de contrôles antidopage ont été effectués durant les JO0

SEOUL, 07 mars (Yonhap) -- Le Comité international olympique (CIO) a annoncé ce mercredi qu'un nombre record de contrôles antidopage ont été effectués durant les Jeux olympiques d'hiver de PyeongChang le mois dernier.

Le CIO a déclaré que 3.149 tests ont été menés, faisant de ce programme «le plus robuste de l'histoire des Jeux olympiques d'hiver». Le comité a indiqué que 1.393 contrôles ont été effectués en compétition et 1.756 hors compétition.

Selon le CIO, 1.615 athlètes accrédités sur 2.963, soit 54%, ont été testés au moins une fois, et la majorité d'entre eux hors compétition.

Sur les 3.149 échantillons collectés, 2.261 ont été des échantillons d'urine, 594 des échantillons de sang et 294 des passeports biologiques.

«Poursuivant le travail du groupe de travail antidopage avant les Jeux qui avait opté pour un système de contrôle amélioré, le programme antidopage de PyeongChang prévoyait des contrôles plus intelligents et plus ciblés», a dit le CIO dans un communiqué.

Les JO d'hiver précédents à Sotchi, en Russie, ont été entachés par la manipulation de procédures antidopage, qui a forcé le CIO à interdire au Comité olympique russe de participer aux JO de PyeongChang. Le CIO a déclaré que les autorités antidopage pour PyeongChang 2018 ont pris des mesures pour prévenir une répétition de tels cas.

«Pour la première fois aux JO d'hiver, nous avons eu recours à la vidéosurveillance et le laboratoire de Séoul était surveillé 24h sur 24 et sept jours sur sept», a dit Richard Budgett, directeur médical et scientifique du CIO.

«Les séquences vidéo sont conservées pendant dix ans après les Jeux. L'équipe du laboratoire compte également de nombreux professionnels internationaux, dont des spécialistes des contrôles antidopage ainsi que des experts des laboratoires de l'Agence mondiale antidopage.»

Le CIO a dit que le programme de réanalyse se concentrera sur les sports et équipes «à hauts risques». Les échantillons de PyeongChang 2018 seront conservés pendant dix ans et pourront être analysés rétroactivement avec l'apparition de nouvelles méthodes de détection.

Durant les JO, deux membres des Athlètes olympiques de Russie (AOR), le curleur Aleksandr Krushelnitckii et la bobeuse Nadezhda Sergeeva, ont été testés positifs ainsi qu'un patineur de short-track du Japon, Kei Saito.

Cependant, le CIO n'a pas encore confirmé un rapport selon lequel une bobeuse jamaïcaine a été testée positive lors d'un contrôle antidopage avant les JO de PyeongChang en janvier. Celle-ci a quand même participé à l'événement sportif.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés de l’actualité
Les plus appréciés
Les plus ajoutés
more
more
more
Accueil Haut de page