Go to Contents Go to Navigation

Accord global et progressif de partenariat transpacifique : la Corée du Sud décidera cette année

Actualités 08.03.2018 à 15h03

SEOUL, 08 mars (Yonhap) -- La Corée du Sud décidera cette année de sa participation ou non à l’Accord global et progressif de partenariat transpacifique (CPTPP) après avoir étudié les effets sur son économie et consulté les pays membres, a annoncé ce jeudi le ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Energie.

Un an après que les Etats-Unis ont quitté le Partenariat transpacifique (TPP), les 11 autres membres ont signé aujourd’hui le CPTPP, un accord amélioré, en Chine.

Ce nouvel accord visant à réduire les droits de douane sur les marchandises entrera en vigueur après avoir été ratifié par six des 11 pays membres : l’Australie, le Brunei, le Canada, le Chili, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, Singapour et le Vietnam. Les pays membres représentent 13,5% du produit intérieur brut (PIB) mondial, un total de 10.000 milliards de dollars.

Selon le ministère du Commerce, l’impact du nouvel accord sur l’économie sud-coréenne sera très limité à court terme, compte tenu du calendrier de sa mise en œuvre. Le gouvernement décidera de rejoindre ou non le pacte.

«La Corée du Sud a déjà conclu des accords bilatéraux avec neuf des 11 pays (membres du CPTPP), à l’exception du Japon et du Mexique», a noté le ministère dans un communiqué. «Même si le CPTPP entre en vigueur, ses impacts négatifs sur l’économie sud-coréenne seront très limités», a-t-il ajouté.

La Corée du Sud mène actuellement des négociations préliminaires pour une participation à l’Alliance pacifique (PA) en tant que membre associé. Celle-ci réunit le Mexique, le Chili, le Pérou et la Colombie.

Pour Séoul, être membre associé de la PA serait similaire à un accord commercial avec le Mexique.

La Corée du Sud a déjà signé des accords de libre-échange (ALE) avec le Chili, le Pérou et la Colombie mais pas encore avec le Mexique, qui est la plus importante économie de l’alliance.

Séoul prévoit également d’ouvrir des négociations pour un ALE avec le Marché commun du Sud (Mercosur), le bloc commercial sud-américain qui regroupe le Brésil, l’Argentine, le Paraguay et l’Uruguay, durant le premier semestre de cette année.

Le Mercosur englobe plus de 290 millions d’habitants et représente plus d’un tiers des activités économiques du continent sud-américain avec un marché de 2.700 milliards de dollars, selon le ministère.

kimsy@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés de l’actualité
Les plus appréciés
Les plus ajoutés
more
more
more
Accueil Haut de page