Go to Contents Go to Navigation

(FOCUS) Préparation en cours du sommet intercoréen au village de la trêve de Panmunjom

Gros plans 28.03.2018 à 14h59

PANMUNJOM, Corée, 28 mars (Yonhap) -- Le village frontalier de Panmunjom, au cœur de la zone de tensions intercoréennes, devrait accueillir fin avril un invité inattendu : le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un qui effectuera une traversée rare de la frontière pour un sommet intercoréen.

Panmunjom, un site symbolique de la division intercoréenne, est susceptible de devenir un lieu historique pour la réconciliation puisque le président Moon Jae-in et Kim s’y réuniront le mois prochain.

Les dirigeants prévoient de tenir un sommet à la Maison de la paix, situé du côté sud du village de la trêve qui se trouve à l'intérieur de la Zone démilitarisée (DMZ) séparant les deux Corées.

Panmunjom, à une soixantaine de kilomètres au nord-ouest de Séoul, est l'endroit où l'accord d'armistice a été signé à la fin de la guerre de Corée (1950-1953). Les deux Corées restent techniquement en guerre car le conflit s'est terminé par une trêve et non un traité de paix.

Cette photo d'archives montre des gardes sud et nord-coréens se tenant face à face dans la Zone de sécurité commune (JSA), une petite bande de terre du village de Panmunjom.

Les soldats sud et nord-coréens se tiennent face à face dans la Zone de sécurité commune (JSA), une petite bande de terre de Panmunjom, actuellement supervisée par le Commandement des Nations unies.

En novembre de l'année dernière, un soldat nord-coréen a fait défection de manière dramatique et spectaculaire au Sud via la JSA, sous les tirs de ses collègues.

Désormais, la zone étroitement contrôlée se prépare à la visite de Kim Jong-un pour tenir un dialogue après plus d'un an de tensions accrues suscitées par les programmes nucléaire et balistique du Nord.

La Corée du Sud et la Corée du Nord possèdent chacune deux bâtiments à Panmunjom, l'un est une salle de conférence et l'autre abrite un bureau de liaison pour la communication frontalière entre les deux pays.

Le Sud est actuellement en train de rénover la Maison de la paix pour accueillir les délégués nord-coréens, y compris des travaux pour améliorer la connexion Internet.

La Maison de la paix est un bâtiment accueillant des réunions et construit sur trois étages. Elle a vu le jour en 1989 sur le côté sud de la JSA. Dans la partie nord-coréenne, se trouve le pavillon Tongilgak, érigé en 1985.

Les deux Corées ont tenu plus de 650 pourparlers depuis 1971 et près de 55% d’entre eux ont eu lieu à Panmunjom, selon le ministère sud-coréen de l'Unification.

La Maison de la paix, un lieu de discussions intercoréennes situé du côté sud-coréen de la Zone démilitarisée (DMZ) qui divise les deux Corées.

Les journalistes qui ont visité le village de la trêve hier se sont vu refuser l'accès dans l'immeuble. Plusieurs employés seulement ont été repérés en train de nettoyer son entrée extérieure avec de l'eau.

«Ce n'est pas une rénovation à grande échelle, mais les reporters ont du mal à regarder autour de l'édifice alors que les travaux de réparation sont en cours», a déclaré un responsable du ministère de l'Unification de Séoul.

Si la délégation du Nord utilise les routes, il faudra moins de trois heures pour se rendre à Panmunjom depuis Pyongyang, a indiqué le ministère.

On ne sait pas comment Kim Jong-un traversera la frontière, mais deux moyens, à pied ou en voiture, sont théoriquement possibles.

Après le passage d'un véhicule transportant Kim sur le pont dit de «72 heures» qui mène du côté nord de la JSA, Kim pourrait emprunter à pied la voie située entre les deux préfabriqués bleus chevauchant la frontière intercoréenne, appelés T1 et T2. Le T signifie temporaire.

Il pourrait également choisir de traverser la frontière en voiture. Il est possible pour un véhicule de s’arrêter devant la Maison de la paix après avoir franchi la route près de Panmungak, une résidence nord-coréenne qui abrite le bureau de liaison.

«Ces deux voies sont des routes possibles, mais les choses sont sujettes à changement car les détails seront décidés sur la base des accords intercoréens», a déclaré un responsable du ministère.

Les deux Corées gèrent des permanences téléphoniques clés installées dans leurs bureaux de liaison respectifs à Panmunjom.

Elles ont accepté de créer ces bureaux en mai 1992 et deux lignes téléphoniques directes y ont été ouvertes. Un total de 33 lignes de communication sont installées entre les deux Corées.

Le bureau du Sud est situé dans la Maison de la liberté et celui du Nord se trouve dans le bâtiment de Panmungak. Ils se font face de chaque côté de la frontière sur la JSA.

La Corée du Nord a rouvert la ligne rouge à la frontière en janvier après une interruption de deux ans après que Kim Jong-un a esquissé un rare geste de rapprochement en direction de Séoul dans son discours du Nouvel An. Le Nord a envoyé des athlètes, des musiciens et des pom-pom girls aux Jeux olympiques d'hiver de PyeongChang.

Pyongyang a coupé les voies de communication frontalières et militaires en février 2016 pour protester contre la fermeture de Séoul d'un complexe industriel commun dans la ville frontalière de Kaesong, au nord de la frontière intercoréenne.

Après la remise en service de la ligne de communication, les responsables de la liaison ont déclaré avoir été occupés à discuter des détails de la participation de la Corée du Nord aux JO. Ces jours-ci, ils sont en communication étroite à propos des discussions de haut niveau prévues jeudi et du sommet de fin avril.

En semaine, les lignes de Panmunjom fonctionnent de 9h à 16h. Le week-end, elles peuvent être activées si les deux parties sont d'accord pour communiquer.

«Depuis janvier, il est juste de dire qu'il n'y a pas d'heure de fermeture, les contacts quotidiens se poursuivent souvent après 19h», a déclaré un responsable. «Pendant les week-ends, les deux Corées maintiennent leur communication ces jours-ci.»

Cette photo, fournie par le ministère sud-coréen de l'Unification le 3 janvier 2018, montre un fonctionnaire de liaison du Sud utilisant une ligne de communication frontalière afin de communiquer avec son homologue du Nord.

lp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page