Go to Contents Go to Navigation

Plus de 17.000 étrangers refusés à l'embarquement d'un avion pour la Corée sur les 12 derniers mois

Actualités 09.04.2018 à 17h16

SEOUL, 09 avr. (Yonhap) -- La Corée du Sud a interdit à plus de 17.000 étrangers qui ont commis des crimes ou étaient fortement soupçonnés d’en commettre un d’entrer sur le territoire national durant la période allant d’avril 2017 à mars de cette année, en adoptant un système de vérification des passagers avant leur embarquement à bord d’un avion en partance pour la Corée du Sud, a annoncé ce lundi le ministère de la Justice.

Le système, entré en vigueur le 1er avril 2017, permet au ministère de recevoir des informations sur les passagers des compagnies aériennes au moment de l’embarquement dans les aéroports et de savoir si les passagers font l’objet d’une restriction d’accès ou s’ils utilisent un passeport perdu pour que les compagnies puissent déterminer en temps réel s’ils peuvent embarquer à bord d’un de leurs avions pour la Corée du Sud.

En vertu de ce système, le ministère vérifie les dossiers des passagers en cas de meurtre, crime sexuel, consommation de drogue, violence ou autres actes criminels commis dans le passé en Corée du Sud, grâce au système d’immigration du ministère qui est relié aux systèmes de réservation et billetterie des compagnies aériennes.

Tous les vols à destination de la Corée du Sud des 86 compagnies aériennes, reliant le pays à un total de 169 aéroports dans 43 pays du monde entier, font l’objet d’une confirmation concernant les passagers avant leur embarquement à bord.

Durant la période en question, le ministère a interdit à 17.762 étrangers parmi un total de 42,33 millions de monter dans un des avions à destination d’un aéroport sud-coréen.

Ces étrangers n’ont pas été autorisés à entrer dans le pays notamment pour détention d’un passeport non valide ou perdu et absence de visa. En outre, 212 étrangers avait un casier judiciaire pour consommation de drogue, crime sexuel ou meurtre.

Les étrangers qui se sont vu refuser l’entrée en Corée du Sud comprennent également cinq personnes impliquées dans des groupes terroristes désignés par les Nations unis (ONU) et sept figuraient sur la liste des personnes recherchées par Interpol.

Le ministère a découvert en mars qu’un étranger qui a tenté d’embarquer dans un avion d’Air Astana à destination de la Corée du Sud, à l’aéroport international d’Almaty au Kazakhstan, était un terroriste affilié à Daech.

Durant les Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang en février, un terroriste figurant sur la liste d’Interpol et d’autres étrangers qui avaient falsifié des documents pour obtenir un visa sud-coréen n’ont pas pu embarquer dans un avion d’Etihad Airways à l’aéroport d’Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis.

Plus de 17.000 étrangers refusés à l'embarquement d'un avion pour la Corée sur les 12 derniers mois - 1

kimsy@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page