Go to Contents Go to Navigation

Les droits de l'Homme pas à l'ordre du jour du sommet intercoréen, selon Cheong Wa Dae

Actualités 11.04.2018 à 13h54
Les droits de l'Homme pas à l'ordre du jour du sommet intercoréen, selon Cheong Wa Dae - 1

SEOUL, 11 avr. (Yonhap) -- Les questions liées aux droits de l'Homme ne figureront pas à l'ordre du jour du sommet entre le président Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, du moins pour l'instant, a fait savoir ce mercredi un officiel du palais présidentiel Cheong Wa Dae.

Il a insisté sur le fait que tous les sujets qui ne sont pas liés à la dénucléarisation pourraient gêner la tâche la plus urgente de dénucléariser le régime communiste.

«Le sujet le plus urgent est la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Le premier objectif du sommet intercoréen est d'établir la paix et de dénucléariser la péninsule coréenne», a dit l'officiel à l'agence de presse Yonhap sous couvert d'anonymat.

La remarque est intervenue un jour après qu'un groupe de quelque 40 organisations non gouvernementales à but non lucratif, dont Human Rights Watch, a envoyé une lettre au président sud-coréen pour lui demander d'aborder le sujet des droits de l'Homme quand il rencontrera le leader nord-coréen le 27 avril pour le sommet intercoréen.

«Cela ne signifie pas que le sujet des droits humains n'est pas important mais l'objectif du sommet à venir est de traiter le sujet le plus urgent de dénucléarisation», a déclaré l'officiel de Cheong Wa Dae.

Le gouvernement sud-coréen soutient les résolutions des droits de l'Homme adoptées chaque année depuis 2003 par le Conseil des droits de l'Homme des Nations unies. Il a encore offert un soutien pour la dernière résolution adoptée le mois dernier, qui a suscité de fortes objections de la part de Pyongyang.

La déclaration de l'officiel est intervenue quelque heures après que le département d'Etat américain a laissé entendre que le président Donald Trump abordera le sujet des droits de l'Homme durant sa rencontre bilatérale avec Kim, qui devrait se tenir fin mai ou début juin.

La porte-parole du département d'Etat, Heather Nauert, a été d’accord pour dire que le principal point à l'ordre du jour du dialogue à venir avec le dirigeant nord-coréen sera la dénucléarisation de son pays, mais a dit que le sujet des droits de l'Homme serait également abordé.

«J'imagine que (le sujet des droits humains) sera également soulevé. Cependant, la dénucléarisation de la péninsule coréenne, je pense qu'elle sera évidemment en tête de l'ordre du jour et d'autres choses pourraient aussi être abordées», a-t-elle dit.

Séoul a plusieurs fois souligné l'importance des prochains sommets avec la Corée du Nord, en notant qu'ils seraient «l'unique et la dernière chance» de débarrasser le Nord de ses armes nucléaires.

L'officiel a également exclu la possibilité de discuter de la coopération économique au sommet intercoréen le 27 avril, même si ce sujet concerne plusieurs centaines d'entreprises sud-coréennes du complexe industriel conjoint de Kaesong qui a fermé ses portes en février 2016.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page