Go to Contents Go to Navigation

Moon exprime ses regrets suite à la tentative ratée d'amendement de la Constitution

Actualités 24.04.2018 à 14h34
Réunion du cabinet

SEOUL, 24 avr. (Yonhap) -- Le président Moon Jae-in a exprimé aujourd’hui ses profonds regrets devant l'incapacité du Parlement à réviser la loi sur les référendums nationaux déclarée caduque, ce qui ne permettra donc pas un vote sur une révision constitutionnelle aux prochaines élections locales.

«Comme la loi sur les référendums nationaux n'a pas été décidée avant la date limite, les efforts pour un vote concomitant sur une révision constitutionnelle aux élections locales n’ont mené à rien», a déploré le chef de l’Etat lors d'une réunion du cabinet à Cheong Wa Dae, la présidence sud-coréenne.

Ces remarques sont intervenues après que les partis rivaux ne sont pas parvenus à un accord sur la révision de la loi sur les référendums nationaux, qui a été déclarée inconstitutionnelle en 2014 pour exclure des suffrages les citoyens expatriés sud-coréens dans les pays d'outre-mer.

La révision devait avoir été votée hier pour permettre la tenue d’un scrutin sur un changement constitutionnel lors des élections locales du 13 juin.

«L'Assemblée nationale a empêché un vote sans même délibérer sur le projet de révision constitutionnelle proposé par le président sur la base du souhait du peuple», a indiqué Moon, selon les rapports de Cheong Wa Dae.

Le président a signé et envoyé le projet de révision de la Constitution proposé par le gouvernement au Parlement le 26 mars.

Moon a indiqué qu'il déciderait du devenir de la proposition du gouvernement après son sommet avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un vendredi, mais a réitéré que la révision constitutionnelle ne profiterait pas à lui ou à son gouvernement mais seulement au peuple.

Il a promis de mettre en œuvre les changements nécessaires avant même une révision constitutionnelle pour aider à réaliser les améliorations de la vie des citoyens proposées.

«Je demande à chaque ministère du gouvernement de continuer à faire pression pour des politiques et des systèmes reflétant l'objectif de la révision constitutionnelle. Je pense que c'est le moins que nous puissions faire pour améliorer les conditions de vie de nos concitoyens.»

lp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page