Go to Contents Go to Navigation

La politique culturelle sud-coréenne donne la priorité à la liberté artistique

Actualités 16.05.2018 à 17h43

SEOUL, 16 mai (Yonhap) -- Le gouvernement progressiste sud-coréen a présenté ce mercredi sa vision à long terme pour la politique culturelle, qui repose sur l'autonomie, la diversité et la créativité, contrairement aux administrations conservatrices précédentes.

Au début de la conférence de presse, le ministre de la Culture, du Sport et du Tourisme Do Jong-whan s'est excusé pour le rôle qu’a joué son ministère, lors du dernier gouvernement, dans la discrimination des artistes, écrivains, chanteurs et réalisateurs jugés progressistes.

«Chaque être humain a le droit de ne pas être surveillé, censuré ou faire l’objet de discrimination. Le pays a malgré tout empiété sur la liberté d'expression, sans parler de l'exclusion de certains artistes de l'aide publique», a déclaré le ministre au Musée national d'art moderne et contemporain à Séoul.

Le ministre de la Culture, du Sport et du Tourisme Do Jong-whan ce mercredi 16 mai 2018 au Musée national d'art moderne et contemporain à Séoul.

Do, ancien poète et député, fait référence au placement sur liste noire par l'administration précédente Park Geun-hye d’une centaine d’artistes, qui se sont vus exclure de tout soutien financier du gouvernement.

«Je m'excuse sincèrement pour avoir blessé les cœurs de nombreux artistes et du peuple», a-t-il dit.

Le ministre s'est engagé à mettre en œuvre fidèlement les mesures suggérées ce mois-ci par un comité spécial pour prévenir de tels abus, comprenant entre autres de plus grandes peines en cas de discrimination, un nouveau code pour la liberté artistique et la création d'un comité indépendant de soutien aux artistes.

La «Vision Culturelle 2030» du ministère comporte 37 politiques prioritaires. Cette dernière a été créée, selon le ministère, à travers des discussions auxquelles ont participé 8.000 experts du secteur privé au cours des huit derniers mois, ce qui tranche avec l'approche verticale adoptée par le passé.

Le crédit d'impôt accordé en cas d'organisation d'événements culturels sera notamment augmenté. L’enseignement culturel et artistique débutera à un jeune âge et les rassemblements culturels au niveau local seront encouragés.

Des bons culturels seront distribués dès l'année prochaine aux écoliers du primaire issus de familles à faible revenu.

Le ministère continuera à promouvoir les échanges culturels avec la Corée du Nord, comme par exemple en publiant conjointement un dictionnaire unifié de la langue coréenne et en recherchant avec la Corée du Nord à inscrire des sites coréens sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco.

Le gouvernement envisagera également la création d'une assurance chômage pour les artistes à faible revenu ainsi qu'une grille standardisée des salaires afin de leur garantir un traitement équitable.

Ces politiques seront finalisées le mois prochain en consultation avec les ministères concernés, a précisé le ministère de la Culture.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page