Go to Contents Go to Navigation

(FOCUS) La Corée du Sud renforce ses efforts de médiation pour accélérer le processus de dénucléarisation

Actualités 06.09.2018 à 20h24

SEOUL, 06 sept. (Yonhap) -- La Corée du Sud a accéléré sa diplomatie pour que la Corée du Nord reste sur la voie de la dénucléarisation et apaiser les inquiétudes grandissantes aux Etats-Unis sur le rythme du processus de dénucléarisation, ont fait savoir ce jeudi des analystes à Séoul.

Un troisième sommet intercoréen aura lieu du 18 au 20 septembre, comme convenu hier lors du voyage de la délégation sud-coréenne à Pyongyang.

Le sommet aura lieu peu de temps avant les possibles discussions entre le président Moon Jae-in et le président américain Donald Trump en marge de l'assemblée générale des Nations unies à New York.

Les sommets ont été organisés dans un climat de crainte que les négociations entre les Etats-Unis et le Nord échouent en raison de la méfiance et des divergences croissantes entre les deux pays quant au processus de dénucléarisation «complète» convenue lors du sommet entre Trump et Kim en juin à Singapour.

«Séoul s'efforce de sortir de l'impasse perçue (des négociations sur la dénucléarisation entre Washington et Pyongyang) en se servant de la confiance qu'elle a construite avec les deux pays», a déclaré Nam Chang-hee, professeur en sécurité à l'Université Inha.

«Séoul devra peut-être trouver un moyen de maintenir ce niveau de confiance avec Washington dans un climat de scepticisme croissant chez les faucons américains face à la lenteur de la dénucléarisation et à leur espèce de fatigue... afin de gérer de façon stable le partenariat entre les Etats-Unis et les deux Corées», a ajouté le professeur.

Le scepticisme aux Etats-Unis s'est semble-t-il accentué face aux efforts de Séoul pour accroître la coopération et les échanges transfrontaliers malgré le manque de progrès tangibles dans le processus de dénucléarisation de la Corée du Nord.

Séoul a travaillé à l'ouverture d'un bureau de liaison intercoréen dans la ville frontalière de Kaesong, en dépit des craintes que le bureau ne contrevienne aux sanctions internationales interdisant le transfert d'énergie et d'autres matériaux nécessaires à son fonctionnement.

Washington a répété à plusieurs reprises que les progrès dans les relations intercoréennes doivent aller de pair avec les progrès en matière de dénucléarisation, ce qui semble traduire son malaise face au rythme rapide des efforts de Séoul pour renforcer les relations transfrontalières.

Cette volonté de Séoul d'accroître la coopération intercoréenne a coïncidé avec une frustration croissante à Washington devant l'absence de progrès dans la dénucléarisation, que Trump a invoqué comme raison pour annuler la visite en Corée du Nord du secrétaire d'Etat Mike Pompeo.

Le secrétaire américain à la Défense James Mattis a récemment indiqué que son pays pourrait reprendre les exercices militaires combinés Corée du Sud - Etats-Unis, qui ont été suspendus pour appuyer la dénucléarisation.

L'insistance de Pyongyang pour que Washington accepte de déclarer la fin officielle de la guerre de Corée est un des grands obstacles aux négociations sur la dénucléarisation.

Des observateurs à Séoul et à Washington estiment que cela pourrait aider la Corée du Nord à assurer la sécurité de son régime et affaiblir la justification d'un stationnement des forces américaines sur la péninsule.

La délégation de Moon semble avoir tenté de soulager cette préoccupation lors de son dernier voyage au Nord.

«(Le dirigeant nord-coréen) nous a dit que la déclaration de fin de la guerre n'a rien à voir avec un affaiblissement de l'alliance Corée du Sud - Etats-Unis ou un retrait des forces américaines de la Corée du Sud», a déclaré le conseiller à la sécurité nationale Chung Eui-yong, qui a dirigé la délégation en Corée du Nord.

Refusant de déclarer la fin de la guerre, les Etats-Unis ont demandé que le Nord prenne des mesures concrètes envers sa dénucléarisation, comme en dévoilant ses stocks nucléaires et de missiles.

Selon des analystes, la tâche prioritaire du président lors du prochain sommet avec Kim consistera à répondre aux préoccupations de Washington concernant la déclaration de la fin de la guerre et à s'assurer que Pyongyang prenne des mesures significatives qui montrent son intention de se dénucléariser.

«La déclaration pourrait aboutir à un régime de paix sur la péninsule, qui pourrait être vu par les Etats-Unis comme partie d'un processus visant à pousser les troupes américaines hors de la péninsule - une des tâches stratégiques que la Chine pourrait envisager», a déclaré Nam de l'Université Inha.

«Cette préoccupation devrait être prise en compte pour aider les Etats-Unis à adopter une position plus flexible sur la déclaration de fin de la guerre et aider le Nord à prendre des mesures concrètes pour se dénucléariser», a-t-il ajouté.

Le Nord a pris ce qu'il a appelé des mesures préventives, telles que la fermeture de son principal site d'essais nucléaires et de son installation d'essai de moteurs de missiles à longue portée. Mais l'absence de mesures permettant une vérification externe de ces actions les a mises en doute.

Certains critiques ont estimé que la Chine a intensifié sa coopération économique avec le Nord afin d' affaiblir le régime international de sanctions, ce que Trump a récemment mentionné à plusieurs reprises.

«Je pense que nous faisons du bon travail avec la Corée du Nord, il faut voir», a déclaré la semaine dernière à la presse le président américain. «Je pense qu'une partie du problème nord-coréen est due à nos différends commerciaux avec la Chine.»

Le conseiller à la sécurité nationale Chung Eui-yong en conférence de presse le jeudi 6 septembre 2018.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés de l’actualité
Les plus appréciés
Les plus ajoutés
more
more
more
Accueil Haut de page