Go to Contents Go to Navigation

(3e LD) Les deux Corées tiennent des discussions militaires de niveau opérationnel

Actualités 13.09.2018 à 22h33
Réunion militaire de niveau opérationnel

SEOUL, 13 sept. (Yonhap) -- Les deux Corées ont tenu ce matin des négociations militaires de niveau opérationnel pour affiner les détails de l'accord global visant à étoffer la partie militaire de leur accord noué lors du sommet d'avril visant à réduire les tensions frontalières et à renforcer la confiance mutuelle.

La réunion a débuté à 10h à Tongilgak, un bâtiment contrôlé par la Corée du Nord situé dans le village de la trêve de Panmunjom au sein de la Zone démilitarisée (DMZ) qui sépare les deux Corées. Pyongyang a récemment proposé de tenir des négociations, Séoul a ensuite accepté.

Le colonel Cho Yong-geun a dirigé la délégation sud-coréenne composée de trois membres, tandis que le côté nord était mené par le colonel Om Chang-nam.

Les deux côtés ont envisagé pendant leur rencontre d'établir une zone dans la Ligne de limite Nord (NLL), la frontière maritime de facto entre les deux pays et un point de tensions, où seraient interdits l'entrée des navires de guerre et les exercices de tir à balles réelles, a fait savoir un officiel sud-coréen.

Lors du sommet d'avril, Moon et Kim sont convenus de concevoir un plan pratique afin de transformer les zones jouxtant la NLL en «zone de paix maritime» pour prévenir les affrontements militaires accidentels et garantir la sécurité des activités de pêche.

Les eaux autour de la NLL ont été le théâtre de plusieurs affrontements armés, en 1999, 2002 et 2009. Pyongyang y a mené deux attaques meurtrières en 2010, tuant au total 50 Sud-Coréens, dont deux civils.

Pyongyang ne reconnaît pas la frontière car choisie de façon unilatérale par le Commandement des Nations unies, emmené par les Etats-Unis, à la fin de la guerre de Corée. La Corée du Nord voudrait que cette frontière soit plus au sud.

Les deux parties devaient aussi aborder une série de questions, telles que le retrait de postes de garde de la DMZ à titre expérimental, la réalisation d'un projet commun d'excavation des restes de soldats tombés pendant la guerre de Corée (1950-1953) dans la zone tampon et le désarmement de la Zone commune de sécurité (JSA) de Panmunjom.

Les résultats des négociations seront probablement inclus dans l'accord militaire envisagé, qui devrait être officiellement adopté par le président Moon Jae-in et son homologue nord-coréen Kim Jong-un lors de leur troisième sommet prévu à Pyongyang du 18 au 20 septembre.

Au cours des négociations entre généraux du 31 juillet, Séoul et Pyongyang ont partagé la perception en «termes globaux» des questions de promotion de la paix dans la zone démilitarisée conformément à l'accord conclu en avril pour transformer la zone frontalière en une «zone de paix».

Toujours au cours de la réunion de travail, Séoul devrait appuyer la création d'un comité militaire conjoint et d'une ligne de communication directe entre les chefs militaires des deux Corées, qui devrait être incluse dans l'accord militaire, a indiqué une source.

lp@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page