Go to Contents Go to Navigation

Kaesong : l'approvisionnement en eau ne viole pas les sanctions, selon le ministère de l'Unification

Actualités 10.10.2018 à 16h22

SEOUL, 10 oct. (Yonhap) -- La Corée du Sud a balayé ce mercredi les craintes selon lesquelles l'approvisionnement en eau du bureau de liaison intercoréen en Corée du Nord viole les sanctions internationales imposées contre Pyongyang pour ses provocations nucléaires et balistiques.

Un quotidien local avait plus tôt rapporté que le gouvernement à Séoul a récemment relancé les installations de purification d'eau à Kaesong, ville frontalière nord-coréenne, et a commencé l'approvisionnement en eau du bureau de liaison, ouvert par les deux Corées à la mi-septembre. Le quotidien a ajouté que de l'eau est fournie également à des Nord-Coréens des environs.

«L'approvisionnement en matériel, équipements et électricité ainsi que l'utilisation d'installations relatives sont pour faciliter l'opération du bureau de liaison et le confort du personnel là-bas et cela n'a rien à voir avec l'octroi d'avantages économiques à la Corée du Nord», a affirmé Baik Tae-hyun, le porte-parole du ministère de l'Unification, lors d'un point de presse régulier.

«Cela ne compromet pas l'objectif des sanctions mais devrait plutôt contribuer à renforcer les négociations nucléaires en maintenant les canaux de communication 24 heures sur 24 via le bureau de liaison», a ajouté Baik.

Baik Tae-hyun, le porte-parole du ministère de l'Unification

La Corée du Sud et la Corée du Nord ont lancé le bureau de liaison à Kaesong le 14 septembre, à la suite de l'accord du sommet d'avril entre leurs leaders pour soutenir les échanges intercoréens et la coopération.

Son ouverture a cependant suscité une suspicion selon laquelle Séoul pourrait chercher à reprendre les activités du complexe industriel intercoréen suspendu qui se trouve dans la même ville.

Ouvert en 2004, le parc industriel de la ville frontalière de Kaesong, situé au Nord, a été salué comme un symbole de la coopération économique entre les deux Corées, combinant le capital et les technologies du Sud avec la main-d'œuvre bon marché du Nord. Séoul a cependant stoppé ses opérations en 2016 en représailles aux provocations nucléaires et balistiques de Pyongyang.

La Corée du Nord est récemment sous le coup de multiples sanctions qui interdisent les activités et la coopération économique pouvant profiter à la Corée du Nord. Les Etats-Unis restent fermes pour qu'aucun apaisement des sanctions ne soit possible jusqu'à ce que le Nord n'abandonne complètement son programme d'armement nucléaire.

kimsy@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page