Go to Contents Go to Navigation

(LEAD) La revue maritime souligne la volonté de la marine d'opérer en haute mer

Actualités 10.10.2018 à 18h21
Répétition de la cérémonie de la revue navale. © Marine sud-coréenne

SEOUL, 10 oct. (Yonhap) -- La revue navale internationale à Jeju, qui durera cinq jours avec la participation de 46 pays, a débuté aujourd'hui avec une répétition de deux heures.

Pas moins de 24 navires de guerre et 24 avions de patrouille sud-coréens ainsi que 17 vaisseaux de 12 nations étrangères, dont le porte-avions américain USS Ronald Reagan et le croiseur lance-missiles russe Varyag, prendront part à une cérémonie jeudi, le temps fort de cet événement.

«Nous avons décidé d'organiser la troisième revue à Jeju pour la première fois, car elle est une occasion festive qui rassemble les citoyens et les marines du monde entier dans l'espoir d'une paix mondiale et d'une harmonie entre civils et militaires», a déclaré Shin Jang-iy, contre-amiral en charge des préparatifs de l'événement.

«La marine, le centre de la puissance maritime nationale, s'efforcera de soutenir les efforts pour une paix durable et la prospérité de la péninsule.»

L'Australie, le Brunei, le Canada, l'Inde, la Malaisie, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Vietnam dépêcheront également des vaisseaux de guerre pour participer à cette revue navale.

Une répétition de deux heures de la cérémonie s'est déroulée mardi dans les eaux au large de Seogwipo, sur l'île de Jeju, avec des vaisseaux et avions de la marine sud-coréenne.

Le Japon ne participera pas à la cérémonie dans un contexte de dispute sur le plan de la force maritime d'autodéfense japonaise de hisser le drapeau du Soleil-Levant, un symbole de l'impérialisme japonais dans le passé. Le Japon a colonisé le pays de 1910 à 1945.

La Chine a également annulé son plan d'envoyer un destroyer de 7.100 tonnes, en citant des «raisons locales».

Répétition de la cérémonie de la revue navale. © Marine sud-coréenne

A la place, le Japon et la Chine projettent de dépêcher une délégation à un symposium qui aura lieu dans le cadre de l'événement ce vendredi, ont déclaré des sources.

Des délégations des 46 pays assisteront également à un symposium, à une exposition spéciale sur la défense et à un concert de K-pop avec les groupes Akdong Musician, 9muses, Teen Top, Favorite ainsi que d'autres chanteurs dans le cadre de l'événement international.

Parmi les navires de guerre coréens se trouvent le destroyer Aegis Yulgok YiYi de 7.600 tonnes, le destroyer de 4.400 tonnes Dae Jo Yeong, le navire de soutien logistique de 10.000 tonnes Soyang et le destroyer de 3.200 tonnes Gwanggaeto the Great.

Ces navires, capables d'opérer bien au-delà des côtes du pays, ont été présentés sous le slogan de la marine «puissance maritime et marine en haute mer».

La marine a commencé à utiliser le terme «eau bleue» depuis le milieu des années 1990 pour afficher sa volonté d'étendre la portée de ses opérations au-delà de la péninsule afin de protéger les lignes de communication maritimes et la paix maritime dans la région et au-delà.

Toutefois, avec les attaques répétées de Pyongyang, telles que celle contre la corvette Cheonan en mars 2010, la marine a été obligée de se concentrer pendant un temps sur la défense des côtes.

Les efforts en cours pour le rapprochement intercoréen et les menaces maritimes potentielles de puissances voisines telles que la Chine et le Japon ont cependant mis en évidence la nécessité pour la marine de se recentrer sur ses capacités en haute mer.

Les tensions maritimes se poursuivent, la Corée du Sud n'ayant pas encore achevé ses négociations avec la Chine sur leurs zones économiques exclusives, qui se chevauchent, tandis que le Japon continuer à clamer sa souveraineté sur les îlots Dokdo.

La Chine possède une stratégie maritime à long terme qui couvre non seulement les mers de Chine méridionale et orientale mais aussi une grande partie du Pacifique. Le Japon désire également que sa marine couvre un plus large éventail d'opérations, pour semble-t-il faire contrepoids à la Chine et promouvoir ses intérêts maritimes.

«Une marine en eau bleue est un objectif que nous ne pouvons pas atteindre tout de suite. Mais oui, nous rêvons à nouveau d'atteindre cet objectif», a déclaré un haut responsable de la marine à l'agence de presse Yonhap lors de la répétition à la revue maritime.

«Nous devons protéger nos mers et nos ressortissants à travers le monde. Par le passé, nous nous sommes appuyés sur le pouvoir de notre allié, les Etats-Unis, mais nous devons à présent sécuriser nos propres capacités pour protéger nous-mêmes nos intérêts maritimes», a-t-il ajouté.

La revue navale a été conçue pour promouvoir l'harmonie et la paix mondiale avec la participation de navires de plusieurs pays. La Corée du Sud a organisé pour la première fois un événement international de ce type en 1998 pour marquer le 50e anniversaire de son armée. Depuis, le pays tient cet événement tous les dix ans.

rainmaker0220@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page