Go to Contents Go to Navigation

Ministre de l'Unification : Séoul n'envisage pas de lever les sanctions contre la Corée du Nord

Actualités 11.10.2018 à 15h39
Le ministre de l'Unification Cho Myoung-gyon répond le 11 octobre 2018 à des questions de députés lors d'un audit parlementaire.

SEOUL, 11 oct. (Yonhap) -- La Corée du Sud n'envisage pas de lever ses sanctions unilatérales contre la Corée du Nord qui ont été mises en place après l'attaque à la torpille de ce dernier contre un bâtiment de guerre sud-coréen en 2010, a assuré ce jeudi le ministre de l'Unification Cho Myoung-gyon.

«Aucun examen détaillé (pour une levée des sanctions) n'a été mené», a déclaré le ministre devant des députés lors d'un audit parlementaire. «Cela dit, dans la poursuite des échanges et de la coopération entre les deux Corées et sur fond d'amélioration des relations intercoréennes, nous sommes en train de prendre des mesures de manière flexible.»

Il a tenu ces propos un jour après que la ministre des Affaires étrangères Kang Kyung-wha a déclaré que le gouvernement examinait l'éventualité d'une levée des sanctions imposées contre le Nord après le torpillage meurtrier du Nord contre la corvette sud-coréenne Cheonan il y a huit ans.

Kang a dû revenir sur ses propos plus tard en disant qu'il n'y avait pas d'examen à l'échelle gouvernementale sur cette question face à des critiques de députés.

Certains l'ont pressée pour qu'elle demande d'abord au Nord de présenter des excuses pour l'attaque qui a tué 46 marins. Pyongyang nie son implication dans le naufrage du navire.

«Il doit y avoir des mesures liées à l'incident de la corvette Cheonan qui nous a conduit à imposer les sanctions», a répondu Cho après avoir été interrogé sur les mesures qui doivent être prises d'abord avant d'envisager leur levée.

Les sanctions mises en place en 2010 interdisent pratiquement tous les échanges intercoréens, excepté les aides humanitaires, mais des experts pensent que leur maintien n'aurait pratiquement pas d'impact comme beaucoup d'entre elles se recoupent avec les sanctions internationales.

L'administration Moon Jae-in cherche à accroître les échanges et la coopération avec le Nord dans un contexte de rapprochement sur la péninsule coréenne. Les sanctions sont considérées comme le principal obstacle aux efforts de renforcement de la coopération économique avec le Nord.

Les Etats-Unis ont de leur côté clairement affirmé qu'il n'y aurait pas d'allègement des sanctions jusqu'à ce que le Nord abandonne complètement son programme d'armes nucléaires. Le président américain Donald Trump a déclaré que Séoul ne pourrait pas lever les sanctions sans l'approbation de Washington.

Cho a fait savoir que des discussions étaient en cours avec la Corée du Nord pour organiser des inspections économiques dans le cadre des efforts de préparation en vue d'une coopération transfrontalière à part entière à l'avenir. Il n'est pas entré dans les détails sur le calendrier et la manière dont ces inspections seront organisées.

Concernant la question de la dénucléarisation, Cho a fait part de son optimisme en disant qu'il y aura des «progrès» lorsque les dirigeants américain et nord-coréen se rencontreront à nouveau après leur premier sommet de juin à Singapour. Les deux sont plus tôt convenus d'organiser leur deuxième sommet «dans les meilleurs délais».

«(Nous) prévoyons des progrès au deuxième sommet entre la Corée du Nord et les Etats-Unis», a affirmé Cho. «A propos des résultats, il pourrait y avoir différentes attentes, nous nous préparons donc à tous les scénarios pour poursuivre les relations, les échanges et la coopération entre les deux Corées à l'avenir.»

«Le Nord devrait aussi se préparer au deuxième sommet avec les Etats-Unis en prenant en compte ce que la communauté internationale demande et attend», a-t-il ajouté.

Il a estimé que Pyongyang semblait être plus disposée à coopérer avec la communauté internationale cette fois-ci.

«Dans le passé, (l'objectif du Nord) était l'autosuffisance mais le Nord souligne aujourd'hui qu'il doit avancer vers le niveau mondial. C'est un grand changement», a observé le ministre.

«En ce sens, la chose que le Nord a montrée à l'occasion du sommet de Pyongyang et de la cérémonie conjointe du 4-Octobre semble être la direction vers laquelle le Nord cherche à coopérer avec la communauté internationale», a-t-il ajouté.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page