Go to Contents Go to Navigation

Les sanctions américaines contre l'Iran inquiètent les raffineurs coréens

Actualités 08.11.2018 à 10h49

SEOUL, 08 nov. (Yonhap) -- Les entreprises de raffinage et les sociétés pétrochimiques sud-coréennes luttent pour diversifier les importations de brut ultraléger à la suite de la réimposition des sanctions américaines à l'encontre de l'Iran pour son programme nucléaire, ont annoncé aujourd'hui des sources du secteur.

Washington a rétabli lundi toutes les sanctions iraniennes qui avaient été levées dans le cadre de l'accord nucléaire de 2016, mais a permis à la Corée du Sud et à sept autres pays de continuer à acheter du pétrole iranien au cours des six prochains mois. La Corée du Sud est le troisième acheteur de pétrole iranien.

Les raffineurs et les entreprises de produits chimiques sud-coréens avaient fortement compté sur le condensat iranien pour la production de divers produits pétrochimiques, grâce à une offre stable et à une compétitivité-prix.

L'initiative américaine les a cependant laissés dans la perplexité sur la façon de diversifier les sources d'importation de condensat, à partir duquel le naphta, une matière première essentielle pour la pétrochimie, est dérivé.

«L'industrie locale cherche à diversifier les sources d'importation, mais il n'y a pas d'alternative claire, car le condensat iranien est le meilleur en termes de prix et d'approvisionnement», a déclaré une source de l'industrie sous le couvert de l'anonymat.

Selon l'Association coréenne des produits pétroliers (KPA), les importations de condensat en provenance de la nation du Moyen-Orient par les raffineurs sud-coréens se sont stabilisées en septembre, ce qui constitue une nette différence par rapport aux mois précédents.

Les sanctions américaines contre l'Iran inquiètent les raffineurs coréens0

Les condensats iraniens représentaient jusqu'à 59% des importations de pétrole de la Corée du Sud en avril, avant de retomber à 30% entre mai et août.

Dans un contexte de chute des importations en provenance de l'Iran, le Qatar est devenu le plus grand fournisseur de condensat pour la Corée du Sud.

Le Qatar a absorbé un peu plus de 80% des importations sud-coréennes de condensat en septembre, soit une forte augmentation par rapport à près de la moitié entre juin et juillet.

«Face à l'incertitude croissante entourant les importations en provenance d'Iran, le condensat qatari est très demandé par les sociétés pétrolières et pétrochimiques locales, suscitant des inquiétudes quant à une éventuelle hausse des prix», a déclaré la source.

En plus de l'Iran et du Qatar, des firmes sud-coréennes importent du condensat d'autres pays, comme le Nigeria, la Norvège, la Libye, la Malaisie, les Philippines et l'Australie, mais les importations de chaque pays ne dépassent pas les 1.000 barils par mois.

Compte tenu de cela, ces pays ne peuvent pas remplacer l'Iran et le Qatar en tant qu'alternative pour les importations sud-coréennes de condensat. Les raffineurs et les fabricants de produits pétrochimiques locaux essaient même d'importer du naphta plus cher au lieu de condensat, ont indiqué des observateurs de l'industrie.

lp@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés de l’actualité
Les plus appréciés
Les plus ajoutés
more
more
more
Accueil Haut de page