Go to Contents Go to Navigation

(FOCUS) Une ferme solaire flottante amorce le tournant vert de la Corée du Sud

National 16.11.2018 à 20h59

GUNSAN, 16 nov. (Yonhap) -- Un réservoir sur la rive sud de la rivière Geum restait inactif sauf lorsqu'il stockait de fortes pluies pour prévenir les inondations dans le complexe industriel voisin de Gunsan, une ville portuaire du sud-ouest du pays.

Le réservoir a récemment endossé un nouveau rôle en devenant la plus grande ferme solaire flottante du pays, couvrant un espace grand comme trois terrains de football.

Plus de 50.000 panneaux photovoltaïques (PV) sont utilisés dans cette ferme solaire de 18,7 mégawatts, qui peut produire de l'électricité pour environ 7.450 foyers par an.

Park Sik, PDG de DNI Corp., le plus grand actionnaire de la ferme solaire et l'exploitant d'une centrale éolienne dans le complexe, a dit avoir proposé de bâtir une centrale solaire flottante il y a deux ans pour mettre à profit l'eau du réservoir.

«Je ne pouvais pas trouver de meilleur endroit qu'ici pour construire une ferme solaire flottante», a expliqué Park à des journalistes lors d'une récente visite sur place. «Le réservoir maintient un même niveau de profondeur tout au long de l'année et ne cause pas de plaintes chez les riverains. De plus, il est situé près d'un complexe industriel et d'une sous-station.»

Panneaux de la ferme solaire flottante à Gunsan.

Depuis son ouverture le mois dernier, la ferme solaire flottante a produit en moyenne de l'énergie pendant 3,7 heures par jour, ce qui représente 15% de son taux d'utilisation maximale.

Un jour de pluie n'est peut être pas le jour idéal pour visiter la centrale électrique, mais il fut l'occasion de vérifier que les panneaux solaires ont tout de même réussi à produire de l'électricité.

L'installation solaire flottante, la deuxième plus grande au monde après une ferme solaire en Chine, exemplifie la volonté de la Corée du Sud de réduire sa dépendance aux combustibles fossiles et d'augmenter son usage d'énergie propre.

Le gouvernement a fixé pour objectif de tripler ou presque la part des énergies renouvelables à 20% d'ici 2030. La feuille de route appelle à ajouter 30,8 gigawatts d'énergie solaire et 16,5 gigawatts d'énergie éolienne pour atteindre une capacité totale d'énergie renouvelable de 63,8 gigawatts d'ici 2030, ce qui occuperait de grands espaces à travers la nation.

Dans une péninsule montagneuse entourée par la mer, la ferme solaire flottante est considérée comme un modèle renouvelable attrayant car elle coûte moins cher à mettre en place qu'une centrale classique et est plus respectueuse de l'environnement.

Des responsables de l'industrie estiment que la rareté des terres et les mesures réglementaires croissantes pour l'utilisation efficace des plans d'eau devraient agir comme catalyseurs de l'expansion de l'industrie du panneau solaire flottant en Corée du Sud.

«Une ferme solaire flottante est plus efficace en été car l'eau refroidit la chaleur des modules et les panneaux empêchent la croissance des algues», a expliqué Park. «Elle est plus respectueuse de l'environnement qu'une centrale solaire installée en montagne, qui exige de défricher des arbres et peut causer des glissements de terrain en cas de fortes pluies.»

Le président Moon Jae-in (à gauche) en visite à la ferme solaire flottante de Gunsan le 30 octobre 2018.

Tandis que certains s'inquiètent d'une contamination potentielle de l'eau, les experts indiquent que des études antérieures ont montré que l'exposition de la vie marine à des panneaux flottants ne lui a pas causé de tort.

L'Institut coréen de l'environnement a mené des essais environnementaux sur une ferme solaire flottante au lac Hapcheon, dans la province du Gyeongsang du Sud, à deux reprises de 2011 à 2014 et a conclu qu'il n'y avait aucun impact négatif sur l'écosystème.

«Jusqu'à présent, les résultats des études montrent que les fermes solaires flottantes n'ont pas réduit le nombre de poissons ou d'autres formes de vie dans l'eau. Les poissons se massent au contraire sous les panneaux solaires en été, ce qui en fait un bon endroit pour pêcher», a déclaré Kim Pil-gyu, ingénieur au centre de la technologie de l'énergie renouvelable du Laboratoire d'essais de Corée. «Il est toutefois nécessaire de contrôler l'impact écologique pendant au moins dix ans.»

Les modules solaires sont enveloppés à l'intérieur de verre trempé et les panneaux sont nettoyés avec de l'eau de pluie ou de l'eau du robinet, ce qui pose peu de risque de contamination, a souligné Kim.

«Même un verre contient un très faible niveau de métal lourd», a rappelé Kim. «Contenir du métal lourd et poser un véritable risque pour la santé est très différent.»

Avec l'engagement du gouvernement en faveur des énergies renouvelables, un nombre croissant d'entreprises ont manifesté leur intérêt pour construire des fermes solaires flottantes dans la région.

Le président Moon Jae-in a annoncé le 30 octobre un plan ambitieux pour établir l'un des plus grands complexes de production d'énergie renouvelable au monde sur les terres gagnées sur la mer de Saemangeum, à proximité du complexe industriel de Gunsan.

«L'énergie renouvelable est une énergie saine qui protège le bien-être des gens et c'est aussi une industrie de croissance d'avenir», a déclaré Moon lors d'une cérémonie tenue à la ferme solaire flottante.

Sous la vision du président, Korea Hydro & Nuclear Power Co. a déclaré qu'il cherchera à construire l'une des plus grandes fermes solaires flottantes au monde à Saemangeum.

Cette impulsion en faveur de l'énergie renouvelable représente une opportunité pour les centres manufacturiers en déclin comme Gunsan, qui souffre d'un taux de chômage élevé et d'une économie en berne après que Hyundai Heavy Industries Co. a fermé son chantier naval en 2017 et que l'unité coréenne de General Motors a fermé son usine en mai.

«J'espère que le projet de développement renouvelable pourra créer des emplois et stimuler l'économie locale», a dit Moon. «J'espère que le projet Saemangeum constituera un tournant qui améliorera la compétitivité de la Corée du Sud dans le domaine des énergies renouvelables.»

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page