Go to Contents Go to Navigation

(LEAD) Séoul affirme qu'une visite du leader nord-coréen cette année est encore possible

Actualités 19.11.2018 à 17h37

SEOUL, 19 nov. (Yonhap) -- Il est encore possible que le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un vienne cette année au Sud, malgré le retard des pourparlers de dénucléarisation entre Washington et Pyongyang, a déclaré aujourd'hui le ministère de l'Unification.

«Nous allons nous préparer pour que les accords convenus entre le Sud et le Nord, y compris la visite de Kim au Sud, se déroulent sans encombre d'ici la fin de l'année», a déclaré Baik Tae-hyun, le porte-parole du ministère, lors d'un point de presse régulier.

Lors du sommet tenu à Pyongyang en septembre, Kim a promis de venir en Corée du Sud «à une date rapprochée». Le président sud-coréen, Moon Jae-in, a annoncé plus tard que son projet de voyage pourrait se concrétiser cette année si tout se déroulait sans encombre.

Les négociations de dénucléarisation actuellement au point mort entre les Etats-Unis et la Corée du Nord laissent toutefois penser que la première visite de Kim au Sud pourrait être retardée, ainsi que d'importants projets de coopération que les deux Corées ont décidé de lancer avant la fin de l'année.

Washington et Pyongyang s'efforcent actuellement de réorganiser leurs pourparlers de haut niveau récemment annulés afin de discuter de la question nucléaire et des préparatifs de leur éventuel deuxième sommet.

Le porte-parole a indiqué qu'il savait que des consultations étaient en cours entre les Etats-Unis et la Corée du Nord afin de déterminer le calendrier de leurs pourparlers de haut niveau, mais a refusé de commenter davantage, affirmant que c'est un problème qui doit être réglé par ces pays.

Il a néanmoins exprimé l'espoir que les progrès des négociations sur la dénucléarisation puissent contribuer à accélérer le processus de paix dans la péninsule coréenne.

Le président Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, accompagnés de leur épouse, posent ensemble au mont Paekdu en Corée du Nord après avoir tenu leur troisième sommet à Pyongyang en septembre.

Au même moment, Chung Dong-young, président du Parti pour la démocratie et la paix, a déclaré qu'un discours du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un à l'Assemblée nationale doit être organisé s'il se rend à Séoul. «Une déclaration de dénucléarisation de Kim et une nouvelle vision des stratégies d'Etat dans une allocution à l'Assemblée nationale marquerait un nouveau tournant sur la péninsule coréenne», a estimé Chung dans une réunion de direction de son parti.

«La question a été discutée lors d'un dîner-rencontre entre le président de l'Assemblée nationale Moon hee-sang et les dirigeants de cinq grands partis politiques le 16 novembre et les partis conservateurs de l'opposition n'ont pas exprimé d'opinions négatives ou opposées sur un discours parlementaire de Kim», a-t-il ajouté.

Chung a par la suite souligné que le dirigeant nord-coréen doit tenir sa promesse faite au président Moon Jae-in de visiter la Corée du Sud cette année et qu'une telle visite serait également bénéfique pour le Nord.

Par ailleurs, un groupe de 24 membres du conseil provincial de Jeju ont dit avoir présenté une proposition de résolution demandant aux dirigeants des deux Corées de visiter ensemble le mont Halla sur l'île de Jeju lors de la future visite de Kim en Corée du Sud.

Les membres du conseil ont également exprimé leur soutien à un quatrième sommet entre Moon et Kim et ont demandé que le gouvernement sud-coréen déploie tous ses efforts en vue d'une dénucléarisation totale et d'une paix permanente sur la péninsule coréenne.

Le mont Halla, haut de 1.947 mètres, est la plus haute montagne de Corée du Sud. Moon et Kim ont voyagé ensemble au mont Paekdu, la plus haute montagne de Corée du Nord, après leur troisième sommet à Pyongyang en septembre.

lp@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page