Go to Contents Go to Navigation

Pompeo : la coopération intercoréenne ne doit pas devancer la dénucléarisation

Actualités 21.11.2018 à 09h13
Le ministre de l'Unification Cho Myoung-gyon et le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo échangent une poignée de main le 16 novembre 2018 à Washington. ⓒ Ministère de l'Unification

WASHINGTON, 20 nov. (Yonhap) -- Les Etats-Unis souhaitent s'assurer que les progrès dans la dénucléarisation de la Corée du Nord ne prennent de retard par rapport aux efforts destinés à améliorer les relations intercoréennes, a déclaré ce mardi le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo.

Les propos de Pompeo soulignent les inquiétudes de Washington de voir le récent dynamisme dans les activités intercoréennes affaiblir le régime de sanctions mis en place contre le Nord pour ses programmes d'armes nucléaires et de missiles balistiques.

«Nous avons clairement dit à la république de Corée que nous souhaitons nous assurer que la paix sur la péninsule et la dénucléarisation de la Corée du Nord ne traînent pas derrière l'augmentation en volume des relations entre les deux Corées», a déclaré Pompeo lors d'une conférence de presse. «Nous les considérons en tandem, comme aller de l'avant ensemble. Nous les considérons comme des processus parallèles importants.»

Des officiels sud-coréens et américains se sont rencontrés plus tôt dans la journée à Washington pour lancer un groupe de travail destiné à favoriser la coordination sur la question.

Pompeo a noté qu'il y avait un «accord complet» entre les deux parties sur la manière dont les deux efforts doivent être menés.

Le groupe de travail est destiné à assurer que «nous pouvons être sûrs que nous ne nous parlons pas sans nous écouter et nous ne prenons pas d'action ou les Sud-Coréens ne prennent pas d'action dont l'autre n'est pas au courant ou n'a pas eu l'occasion de la commenter ou de fournir ses opinions», selon le chef de la diplomatie américaine.

Le groupe de travail est dirigé du côté sud-coréen par Lee Do-hoon, représentant spécial pour la paix et la sécurité sur la péninsule coréenne, et côté américain par Stephen Biegun, représentant spécial pour la Corée du Nord.

La question est désormais de savoir si les deux parties résoudront ou non les questions persistantes sur le projet de raccordement d'une voie ferroviaire traversant la frontière intercoréenne.

Dans le cadre de ce projet, une étude conjointe sur le terrain devait initialement commencer à la fin du mois dernier mais les Etats-Unis auraient fait part de leurs préoccupations selon lesquelles de tels projets pourraient saper le régime des sanctions onusiennes.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page