Go to Contents Go to Navigation

Projet ferroviaire intercoréen : consultations pour une levée temporaire des sanctions

Actualités 22.11.2018 à 14h33

SEOUL, 22 nov. (Yonhap) -- La Corée du Sud participe actuellement à des discussions avec les Etats-Unis et d'autres pays concernés pour discuter d'une exemption temporaire des sanctions pour une étude de terrain en vue d'un projet ferroviaire avec la Corée du Nord, a annoncé aujourd'hui un responsable du ministère de l'Unification.

Hier, les Etats-Unis ont exprimé leur «ferme soutien» aux deux Corées pour qu'elles procèdent à un travail de terrain sur leurs chemins de fer dans le cadre des efforts déployés pour les moderniser et finalement les relier via la frontière.

Le projet a été suspendu pendant des mois, car le Commandement des Nations unies (UNC) a bloqué le passage du matériel nécessaire à l'examen ferroviaire au Nord, invoquant des problèmes de procédure.

Cette décision a toutefois été perçue comme reflétant le mécontentement de Washington face à une possible violation des sanctions et à l'accélération des échanges intercoréens dans un contexte de blocage des pourparlers de dénucléarisation avec Pyongyang.

«En ce qui concerne l'étude conjointe des chemins de fer, des consultations sont en cours avec les Etats-Unis, les Nations unies et d'autres pays concernés», a déclaré l'officiel aux journalistes sous couvert d'anonymat. «Les horaires (pour l'étude sur le terrain) seront déterminés en conséquence.»

Les Corées avaient prévu de commencer une enquête in situ à la fin du mois d'octobre afin de pouvoir organiser une cérémonie d'inauguration pour le projet à la fin du mois de novembre ou au début du mois de décembre. Séoul souhaite désormais tenir la cérémonie avant la fin de cette année.

Le projet de chemin de fer reliant les systèmes ferroviaires des deux Corées le long de leurs régions occidentale et orientale est un effort de coopération intercoréenne clé sur lequel leurs dirigeants se sont mis d'accord en avril afin de réaliser un développement économique équilibré et une prospérité partagée sur la péninsule divisée.

L'initiative continue de susciter un certain scepticisme, alors que le secrétaire d'Etat Mike Pompeo a déjà souligné l'importance de la dénucléarisation de la Corée du Nord et de l'amélioration des relations intercoréennes, mettant apparemment en garde contre l'action unilatérale de Séoul visant à engager une coopération économique majeure avec le Nord.

Dans le même temps, à propos d'articles de presse selon lesquels la Corée du Nord aurait lancé des cyberattaques avant le sommet de Pyongyang en septembre, le responsable a déclaré qu'aucun dommage n'était à déplorer en raison de tentatives de piratage et que rien ne prouve non plus que la Corée du Nord ait été à l'origine d'une telle offensive.

«Comme vous le savez, les tentatives de piratage ont lieu tout au long de l'année», a-t-il rappelé. «Il n'y a eu aucun dommage de leur part confirmé… Nous n'avons pas non plus confirmé que l'un d'eux soit lié à la Corée du Nord, non plus.»

lp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page