Go to Contents Go to Navigation

Le ministre de l'Environnement veut mener divers projets avec la Corée du Nord

Actualités 22.11.2018 à 19h58

SEOUL, 22 nov. (Yonhap) -- Le ministre de l'Environnement Cho Myung-rae a dit mercredi vouloir mener divers projets avec la Corée du Nord afin de mieux protéger l'environnement sur la péninsule coréenne.

Cho, qui a pris ses fonctions au début du mois de novembre, a déclaré que son ministère établira un plan de préservation de l'environnement des deux Corées basé sur une recherche intercoréenne sur l'atmosphère, les rivières, la flore et la faune de la péninsule.

«J'ai de grandes espérances concernant la coopération intercoréenne en matière d'environnement. Si les conditions le permettent, mon ministère cherchera à mener des études et des recherches environnementales conjointes avec la Corée du Nord sur l'air, l'eau et la nature», a déclaré le ministre dans une interview avec l'agence de presse Yonhap.

Cho a dit craindre que la Corée du Nord ne souffre de problèmes environnementaux semblables à ceux de la Corée du Sud dans les années 1960 si la coopération transfrontalière privilégie excessivement l'économie.

Le ministre de l'Environnement Cho Myung-rae en interview avec l'agence de presse Yonhap le 21 novembre 2018 à Séoul.

Cho a pris ses fonctions le 9 novembre après avoir servi en tant que professeur en planification urbaine et régionale à l'université Dankook et président de l'Institut coréen de l'environnement.

Le ministre a fait savoir qu'il est difficile d'établir les contre-mesures nécessaires contre les poussières fines nocives venues de Chine en raison d'études insuffisantes sur le trajet et les sources de cette dernière.

«Statistiquement, il est vrai que notre pays a été affecté par la poussière fine chinoise. La part des particules de poussières fines étrangères dans l'air sud-coréen varie de 30 à 60% selon leur densité. Mais il n'y a pas assez de recherche sur les sources et les mouvements de la poussière fine étrangère venant sur la péninsule coréenne», a déclaré le ministre, qui a proposé que la Corée du Sud, le Japon et les Etats-Unis mènent des recherches conjointes sur la pollution atmosphérique transfrontalière en Asie du Nord-Est, affirmant qu'il est difficile pour Séoul et Pékin de résoudre leurs problèmes environnementaux bilatéraux du fait du grave déséquilibre de pouvoir entre les deux pays.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page