Go to Contents Go to Navigation

Le nouveau chef d'Interpol promet une coopération plus étroite face aux menaces pour la sécurité mondiale

Actualités 23.11.2018 à 16h25
Le nouveau président d'Interpol, Kim Jong-yang, pose le 23 novembre 2018 avec Min Gab-ryong, chef de la KNPA, à son arrivée à l'aéroport international d'Incheon.

INCHEON, 23 nov. (Yonhap) -- Kim Jong-yang, le premier Sud-Coréen à avoir été élu président d'Interpol, a fait part ce vendredi de son intention de donner la priorité au renforcement de la capacité à maintenir l'ordre public dans les régions qui en manquent, tout en promettant d'aider tous les pays membres à lutter ensemble contre les nouveaux types de crime.

«Parmi les 194 pays membres d'Interpol, il y a des pays où la capacité policière est excellente mais aussi des pays où elle est faible», a déclaré aux journalistes Kim à son arrivée à l'aéroport international d'Incheon. «Afin de solliciter une coopération et coordination dans le but d'œuvrer ensemble pour un monde plus sûr, la capacité policière de chaque pays doit être similaire», a-t-il ajouté.

Lors de l'assemblée générale annuelle d'Interpol qui s'est tenue mercredi à Dubaï, il a été élu à la présidence de la police mondiale face à son concurrent russe Alexander Prokopchuk.

Après avoir été nommé membre du comité exécutif d'Interpol en 2012 et vice-président du comité en 2015, l'ancien chef de l'Agence de la police du Gyeonggi assurait la présidence par intérim depuis le mois dernier suite à la démission subite de l'ancien patron, le Chinois Meng Hongwei.

«Dans un contexte où les crimes deviennent de plus en plus sophistiqués, il est aussi important pour Interpol de développer des systèmes de prévention des crimes et de poursuite des criminels de pointe et de les partager et fournir à toutes les nations membres», a affirmé le nouveau patron de l'organisation internationale basée à Lyon, en France. «Les employés permanents d'Interpol réfléchissent beaucoup sur les moyens de faire face aux nouveaux types de crime de plus en plus sophistiqués.»

Kim a également souligné que tous les pays devaient joindre leurs forces comme un pays tout seul ne peut résoudre les problèmes qui menacent la sécurité mondiale.

«Les compétences de la police coréenne sont presque au premier rang sur le plan international mais il n'y a pas eu beaucoup d'occasions pour en faire la preuve sur la scène internationale», a-t-il fait remarquer avant d'ajouter que son élection à la présidence d'Interpol pourrait servir d'occasion pour propager dans le monde entier l'excellente capacité à maintenir l'ordre public de la Corée du Sud.

Le président Moon Jae-in a félicité Kim dans un message transmis via le chef de l'Agence nationale de la police coréenne (KNPA), Min Gab-ryong, pour être devenu le premier Sud-Coréen à diriger Interpol. «Ce grand honneur pour lui et sa famille a aussi donné de la fierté à notre peuple. Notre rôle et statut international dans le domaine de la sécurité s'améliorera davantage», a déclaré Moon.

Le chef de l'Etat a en outre demandé au nouveau patron de la police mondiale de s'efforcer de prévenir efficacement les crimes internationaux en renforçant la coopération entre les polices des pays membres, de maintenir la neutralité politique d'Interpol et de réduire les écarts de capacités à maintenir l'ordre public entre les pays membres.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page