Go to Contents Go to Navigation

La hausse du salaire minimum rend l'embauche difficile dans les PME

Actualités 25.11.2018 à 10h08

SEOUL, 25 nov. (Yonhap) -- Les petites et moyennes entreprises (PME) sud-coréennes trouvent difficile d'embaucher des travailleurs étrangers du fait de la hausse du salaire minimum et du ralentissement de l'économie, a montré dimanche une enquête de la Fédération coréenne des petites et moyennes entreprises (KBIZ).

Selon KBIZ, qui a interrogé les PME qui n'ont pas embauché cette année d'étrangers avec des visas E-9, alors qu'elles l'avaient fait en 2017, les entreprises ont cité le ralentissement de l'économie comme une des raisons principales de leur décision.

L'enquête a été menée auprès de 577 entreprises de fabrication de lundi à mercredi derniers.

Les résultats montrent que 38,3% des entreprises estiment que les coûts de la main d'œuvre sont devenus un fardeau et 24,1% des entreprises donnent l'environnement économique général comme raison de leur absence d'embauche.

Le salaire horaire minimum a augmenté en janvier de 16,4% à 7.530 wons (6,20 dollars), contre 6.470 wons en 2017. Le gouvernement envisage d'augmenter ce dernier à 10.000 wons d'ici 2020.

L'enquête révèle que seulement 40,4% des PME envisagent d'embaucher l'année prochaine. Les entreprises de petite taille ont fait savoir qu'elles envisagent de garder leurs effectifs actuels ou de les réduire en 2019, du fait d'inquiétudes sur l'avenir économique.

Les PME ont également dit hésiter à embaucher des travailleurs étrangers du fait des problèmes de communication, de leur faible productivité en rapport au salaire fourni, de leur changement fréquent d'emplois et de la lourdeur administrative liée à leur embauche et des difficultés pour leur trouver un logement et les assurer.

La hausse du salaire minimum rend l'embauche difficile dans les PME - 1

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page