Go to Contents Go to Navigation

Relations intercoréennes : Séoul dévoile un plan directeur axé sur la dénucléarisation et la paix

Actualités 03.12.2018 à 14h23
(Photomontage)

SEOUL, 03 déc. (Yonhap) -- La Corée du Sud a dévoilé aujourd'hui un plan directeur à moyen terme visant à développer les relations intercoréennes, axé principalement sur la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne, l'instauration d'une paix durable et la confiance mutuelle avec la Corée du Nord.

Le plan, le troisième du genre, expose les objectifs et les orientations de la politique du gouvernement en matière de relations intercoréennes pour 2018-2022. Il remplacera le deuxième plan élaboré en 2013 sous l'administration de l'ancienne présidente Park Geun-hye.

Dans le cadre du dernier plan, le gouvernement de Moon Jae-in se concentre principalement sur la réalisation de la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne, l'établissement d'une paix durable et le remplacement d'un armistice par un traité de paix pour mettre officiellement fin à la guerre de Corée (1950-53).

Le plan reflétait apparemment un accord conclu entre le dirigeant sud-coréen Moon Jae-in et son homologue du Nord Kim Jong-un lors de leur sommet d'avril pour «achever la dénucléarisation de la péninsule coréenne». Cela en considération au plan précédent dans lequel le gouvernement cherchait à «dénucléariser la Corée du Nord».

Séoul s'engage également à travailler dur pour établir une confiance mutuelle entre les forces armées des deux Corées et pour tenter d'obtenir le contrôle des armements de manière progressive.

Le gouvernement a déclaré qu'il ferait tout son possible pour déclarer la fin officielle de la guerre de Corée «avant la fin de cette année», comme convenu par les dirigeants des deux Corées lors de leur sommet d'avril, bien qu'il fasse preuve «de souplesse» pour finaliser les détails tels que quand et comment l'objectif sera poursuivi.

Le dernier plan a été annoncé alors que la situation sur la péninsule connaissait des changements considérables et que la paix progressait, ponctuée par les trois sommets du dirigeant nord-coréen Kim avec le président Moon ainsi que sa rencontre historique avec le président américain Donald Trump cette année.

Nous sommes loin des tensions et même des inquiétudes quant à la possibilité d'une guerre déclenchée par les provocations nucléaires et balistiques persistantes lancées par la Corée du Nord jusqu'à la fin de l'année dernière.

S'appuyant sur le rapprochement naissant, Séoul s'efforce d'élargir les échanges et les contacts transfrontaliers dans divers domaines, mais les efforts déployés se heurtent aux sanctions qui resteront en vigueur jusqu'à ce que le Nord abandonne complètement son programme d'armement nucléaire.

Dans le dernier plan, le gouvernement donne la priorité à la «coexistence pacifique», à la «prospérité mutuelle» ainsi qu'à la réalisation des deux «visions» principales. Il considère que la paix et la coopération économique doivent aller de pair avec un «cercle vertueux».

Le gouvernement a indiqué avoir également pour objectif d'organiser régulièrement des sommets intercoréens et des discussions de haut niveau afin de débattre de questions d'intérêt commun dans les années à venir.

Le plan 2018-2022, qui a été présenté à l'Assemblée nationale la semaine dernière, aurait dû arriver plus tôt pour remplacer la version précédente, arrivée à expiration l'an dernier.

Le ministère de l'Unification a déclaré que ce retard était inévitable afin de refléter les développements spectaculaires observés au cours de cette année dans les relations intercoréennes et les relations entre les Etats-Unis et le Nord.

En vertu d'une loi promulguée en 2006, le gouvernement est tenu de formuler tous les cinq ans un plan directeur sur la manière de développer les relations intercoréennes, ainsi que des plans de mise en œuvre annuels conformes au plan directeur.

lp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page