Go to Contents Go to Navigation

La visite à Séoul de Kim Jong-un dépend du dialogue Nord-USA, selon le NIS

Corée du Nord 05.12.2018 à 16h45
Le directeur du Service national du renseignement (NIS), Suh Hoon, lors d'une réunion de la commission du renseignement du Parlement, à l'Assemblée nationale.

SEOUL, 05 déc. (Yonhap) -- La Corée du Nord devrait décider de la visite à Séoul de son dirigeant Kim Jong-un en fonction des progrès effectués dans le dialogue sur la dénucléarisation avec les Etats-Unis, a déclaré ce mercredi le Service national du renseignement (NIS).

La Corée du Sud souhaite voir Kim effectuer une première visite à Séoul d'ici la fin de l'année, car la visite aiderait à accélérer la dénucléarisation de Pyongyang. Mais les perspectives d'un voyage sont incertaines dans un contexte de dialogue suspendu entre la Corée du Nord et les Etats-Unis.

Dans l'accord du sommet à Pyongyang en septembre, Kim a été d'accord pour venir à Séoul «dans un avenir proche», et le président Moon Jae-in a dit que cela signifie avant la fin de l'année.

Le NIS a déclaré à des députés que rien n'a encore été décidé sur son voyage.

«Comme la visite de Kim est liée aux pourparlers Corée du Nord-Etats-Unis, elle sera décidée selon les progrès (dans le dialogue de Pyongyang avec Washington)», a indiqué le NIS, d'après le député Lee Hag-jae, chef de la commission du renseignement du Parlement.

Le NIS a dit que si un deuxième sommet entre Kim et le président américain Donald Trump s'était déroulé en octobre ou novembre, le Sud aurait cherché à tenir un sommet intercoréen à Séoul plus tard cette année.

«Mais nous ne pouvons pas tenir ce programme», a-t-il ajouté. L'agence a également rejeté les spéculations des médias selon lesquelles Kim pourrait effectuer une visite au Sud du 18 au 20 décembre, en disant que le 17 décembre est l'anniversaire marquant le décès de Kim Jong-il, père du dirigeant nord-coréen.

Le NIS a également fait savoir qu'Andrew Kim, chef du Centre de mission pour la Corée de l'Agence centrale du renseignement (CIA) des Etats-Unis, n'a pas rencontré Kim Yong-chol, vice-président du Comité central du Parti du travail de la Corée du Nord, lundi au village de la trêve de Panmunjom.

Un quotidien sud-coréen a rapporté que le Nord a demandé d'avoir un contact secret avec les Etats-Unis à Panmunjom. Mais Kim n'est pas apparu et à la place, la directrice du bureau tactique du département du Front uni du Parti, Kim Song-hye, a eu une réunion avec la partie américaine.

«C'est vrai qu'ils ne se sont pas rencontrés. Depuis le début, il n'y avait aucun plan pour eux d'avoir une réunion», a dit le NIS.

Trump a soulevé la possibilité d'un deuxième sommet avec Kim en janvier ou février, mais Washington et Pyongyang ne se sont pas encore mis d'accord sur le programme de la réunion de haut niveau pour organiser le sommet.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page