Go to Contents Go to Navigation

Une victime de l'esclavage sexuel japonais meurt à 97 ans

Actualités 05.12.2018 à 18h05

GWANGJU, 05 déc. (Yonhap) -- Une victime coréenne de l'esclavage sexuel pratiqué par le Japon en temps de guerre est morte ce mercredi à l'âge de 97 ans, a annoncé la Maison du Partage.

Kim Sun-ok est décédée à 9h05 du matin de mort naturelle, a fait savoir la Maison du Partage, l'établissement hébergeant les victimes, situé à Gwangju.

Sa mort place le nombre de survivantes à 26 sur les 240 «femmes de réconfort» officiellement enregistrées auprès du gouvernement.

Kim a été forcée de travailler à l'âge de 20 ans dans un bordel militaire dans la province du Heilongjiang, dans le nord-est de la Chine, alors que les autorités japonaises lui avaient fait miroiter un travail dans une usine.

Après la libération de la Corée du régime colonial japonais en 1945, elle épousa un homme chinois et s'installa dans la ville de Dongning dans le Heilongjiang.

Avec l'aide du ministère de l'Egalité hommes-femmes et de la Famille, Kim a retrouvé la nationalité coréenne en 2005 avant de rejoindre la Maison du Partage.

Photo de Kim Sun-ok.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page