Go to Contents Go to Navigation

Natalité : augmentation en vue des aides pour élever des enfants

Actualités 07.12.2018 à 15h46
(Photo d'archives Yonhap)

SEOUL, 07 déc. (Yonhap) -- Le gouvernement a annoncé ce vendredi une série de mesures destinées à éliminer les causes fondamentales de la baisse des naissances dont le coût important pour élever des enfants.

La feuille de route a été finalisée et annoncée alors que Kim Sang-hee, vice-présidente du comité présidentiel destiné à s'attaquer au faible taux de natalité et au vieillissement de la population, le ministre de la Santé et des Affaires sociales Park Neung-hoo et d'autres hauts responsables se sont rencontrés plus tôt dans la journée pour discuter de ces fléaux touchant la société coréenne.

Le ministère de la Santé et des Affaires sociales a expliqué que le gouvernement changerait de paradigme politique pour se focaliser sur l'amélioration de la qualité de la vie de toutes les générations et aborder le problème sur le long terme.

«Cette politique vise à donner de l'espoir à des personnes de la vingtaine à la quarantaine et à assurer que la qualité de la vie ne se dégrade pas en choisissant de se marier et d'avoir des enfants», a souligné Kim.

Le ministère a indiqué que l'Etat prendrait en charge des dépenses médicales pour les enfants âgés d'un an ou moins à partir de l'année prochaine et pour tous les enfants d'âge préscolaire d'ici 2025.

Actuellement, le gouvernement accorde des subventions sur une base mensuelle à 90% des familles en excluant les 10% les plus aisées. Ce coup de pouce ne concerne pas 25.000 enfants sur 2,53 millions dans le pays.

A partir de l'année prochaine, ce programme sera élargi à tous les ménages indépendamment des revenus des parents avec un plan à long terme consistant à augmenter le montant des subventions.

Dans le cadre des efforts destinés à aider les couples qui n'arrivent pas à avoir d'enfant, le gouvernement augmentera aussi les subventions pour les traitements de l'infertilité.

A partir du deuxième semestre de l'année prochaine, les parents ayant des enfants âgés de moins de huit ans pourront travailler une heure de moins par jour de sorte à ce qu'ils puissent s'occuper de leurs enfants. De même, le congé de paternité payé sera augmenté à 10 jours par rapport aux trois jours aujourd'hui, ont ajouté les officiels.

Le gouvernement encouragera aussi les salariés masculins à prendre un congé de paternité avec comme objectif de faire passer de 13% à l'heure actuelle à 20% le taux d'utilisation de ce droit parental.

Le ministère a en outre annoncé son plan de construire un plus grand nombre de crèches dans le but de faire passer la part des enfants pris en charge par les écoles maternelles et crèches nationales et publiques à 40% l'année prochaine.

Le nombre de bébés nés dans le pays a diminué à 80.400 au troisième trimestre de cette année, soit une baisse de 10,3% sur un an et le plus faible chiffre trimestriel depuis 1981.

Le taux de fécondité, ou le nombre de bébés qu'une femme est susceptible d'avoir durant sa vie, a dégringolé à 0,95 au cours de la même période.

Il s'était effondré au plus bas historique de 1,05 l'année dernière, soit un recul de 10,3% par rapport à l'année précédente, en passant pour la première fois en 12 ans, depuis 2005, sous la barre de 1,10.

Le ministère prévoit que le taux annuel passera en dessous de la barre de 1, en avertissant que le nombre de nouveau-nés pourrait chuter à moins de 300.000 par an d'ici 2022.

Le ministère a déclaré que l'objectif de ramener le taux à 1,5 d'ici 2020 n'était pas viable et que le gouvernement se donnerait désormais comme objectif d'avoir 300.000 nouveau-nés chaque année.

«Notre objectif se focalise sur le maintien de 300.000 nouveau-nés par an. Pour ce faire, le gouvernement vise à créer un environnement où tous les ménages peuvent avoir deux enfants en abaissant les coûts médicaux et en allégeant les dépenses nécessaires pour élever des enfants», a souligné Lee Chang-jun, officiel du comité.

Le ministère a noté de même qu'il se concentrerait sur le changement de politique afin de créer un environnement de travail permettant aux femmes de poursuivre leur carrière professionnelle même après un accouchement. «La discrimination à l'encontre des femmes sur le lieu de travail est toujours un problème grave dans notre société», a souligné Lee en ajoutant que l'accouchement conduit à la fin de la vie active pour de nombreuses femmes.

(Photo d'archives Yonhap)

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page