Go to Contents Go to Navigation

La Corée du Nord fustige les Etats-Unis pour sa liste noire de trafic d'êtres humains

Actualités 10.12.2018 à 11h27
La Corée du Nord fustige les Etats-Unis pour sa liste noire de trafic d'êtres humains - 1

SEOUL, 10 déc. (Yonhap) -- L'organe de propagande nord-coréen Uriminzokkiri a critiqué aujourd'hui les Etats-Unis pour avoir inscrit la Corée du Nord sur sa liste noire des pires pays en ce qui concerne la traite d'êtres humains, qualifiant cette initiative d'acte «hostile» visant à accroître la pression exercée sur Pyongyang.

Le mois dernier, le président américain Donald Trump a blacklisté la Corée du Nord, ainsi que la Chine, l'Erythrée, la Syrie et d'autres, en tant que pays ne respectant pas les normes minimales prévues par la loi sur la protection des victimes de la traite.

La liste noire implique l'interdiction de fournir une assistance à la Corée du Nord au cours de l'exercice 2019, ce qui constitue une action symbolique étant donné qu'il n'existe actuellement aucun fonds américain destiné à l'Etat reclus.

Auparavant, le département d'Etat américain avait classé la Corée du Nord parmi les pires nations en matière de traite des êtres humains pour la 16e année consécutive.

«Cela représente une provocation politique intolérable pour notre pays très digne», a réagi le site Uriminzokkiri dans un commentaire.

«C'est aussi un acte hostile extrêmement atroce qui va à l'encontre du sommet de Singapour entre la Corée du Nord et les Etats-Unis», a-t-il ajouté, évoquant le sommet entre Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un tenu en juin.

Uriminzokkiri a déclaré que les Etats-Unis ne pourraient échapper à la réprimande et à la condamnation pour leur action hypocrite consistant à promettre de mettre fin à l'hostilité tout en intensifiant leurs sanctions et en faisant pression sur le Nord.

Il a appelé les Etats-Unis à mettre fin à un tel comportement, tout en gardant à l'esprit que le fait de critiquer la situation des droits de l'Homme au Nord finirait par leur nuire.

Les invectives ont été formulées à l'occasion de la Journée mondiale des droits de l'Homme. Le Rodong Sinmun, l'organe du parti au pouvoir nord-coréen, et d'autres médias d'Etat n'ont pas publié d'articles blâmant les Etats-Unis sur la question des droits humains.

Les observateurs estiment que la posture relativement discrète adoptée par les médias du Nord témoigne apparemment de leur intention de ne pas faire dérailler les efforts déployés en coulisse pour relancer les pourparlers de dénucléarisation avec Washington.

La Corée du Nord est depuis longtemps accusée de violations flagrantes des droits de l'Homme, mais Pyongyang décrit ces critiques comme une tentative américaine pour renverser son régime.

lp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page