Go to Contents Go to Navigation

Liberté religieuse : Washington conserve la Corée du Nord sur sa liste noire

Actualités 12.12.2018 à 09h14
Secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo

WASHINGTON, 11 déc. (Yonhap) -- Les Etats-Unis ont désigné la Corée du Nord comme un violateur de la liberté religieuse pour la 18e année consécutive, a annoncé ce mardi le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo.

La Corée du Nord fait partie des 10 pays faisant l'objet d'inquiétudes particulières pour «violations systématiques, en cours, (et) flagrantes de la liberté religieuse», a déclaré Pompeo dans un communiqué.

Ces désignations ont été effectuées le 28 novembre dernier en vertu de la loi sur la liberté religieuse internationale de 1998 et soumettent ces pays à une nouvelle action des Etats-Unis incluant des sanctions économiques.

«Dans de trop nombreux pays à travers le monde, des personnes continuent à faire face à l'harcèlement, aux arrestations ou même à la mort simplement pour mener leur vie selon leurs convictions. Les Etats-Unis ne resteront pas comme des spectateurs face à une telle oppression», a martelé Pompeo.

Il a souligné que l'administration du président américain Donald Trump a fait de la liberté religieuse l'une des grandes priorités de sa politique étrangère.

Les neuf autres pays, à part la Corée du Nord, sont la Birmanie, la Chine, l'Erythrée, l'Iran, le Pakistan, le Soudan, l'Arabie saoudite, le Tadjikistan et le Turkménistan.

Cette mesure accroît la pression sur le régime nord-coréen alors que les Etats-Unis ont ajouté hier trois officiels nord-coréens à sa liste noire pour violation des droits de l'Homme et censure.

Il n'est pas clair si ces annonces sont liées aux négociations destinés à démanteler le programme d'armes nucléaires de la Corée du Nord, dans l'impasse depuis le sommet historique entre Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un en juin dernier.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page