Go to Contents Go to Navigation

Familles séparées : discussions en cours pour une exemption de sanctions en vue de réunions vidéo

Actualités 12.12.2018 à 16h59
Park Kyung-seo, le président de la Croix-Rouge sud-coréenne (Photo d'archives Yonhap)

SEOUL, 12 déc. (Yonhap) -- La Corée du Sud est en discussion avec les Etats-Unis pour tenter de parvenir à une exemption de sanctions en vue d'organiser des réunions par le biais de la vidéo pour des familles séparées depuis la guerre de Corée (1950-1953), a annoncé ce mercredi le président de la Croix-Rouge sud-coréenne, Park Kyung-seo.

Lors d'une intervention à un forum sur la paix à Séoul, Park a également dit prévoir que la question sera résolue quand le représentant spécial pour la Corée du Nord du département d'Etat américain, Stephen Biegun, viendra plus tard ce mois-ci pour une réunion du groupe de travail conjoint sur la Corée du Nord.

Park a ajouté que le Sud et le Nord étaient dans la dernière phase de coordination pour les réunions vidéo.

«Nous avons besoin de beaucoup de choses pour organiser des réunions vidéo, comme l'installation de câbles à fibre optique et le montage d'écrans», a dit Park aux journalistes, en soulignant la nécessité d'une exemption de sanctions pour fournir de tels installations et équipements à la Corée du Nord.

Biegun devrait venir à Séoul autour du 20 décembre, selon Park.

Le président Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un sont convenus lors de leur troisième sommet à Pyongyang en septembre de coopérer pour permettre à leurs peuples d'organiser des réunions vidéo et d'échanger des messages vidéo avec des membres de leur famille habitant de l'autre côté de la frontière.

Cho Myoung-gyon, le ministre de l'Unification, a également dit ce mardi que de tels événements pourraient avoir lieu dès le début de l'année prochaine.

Un officiel du ministère des Affaires étrangères de Séoul avait dit plus tôt cette semaine qu'une autre session du groupe de travail devrait avoir lieu avant la fin de cette année, sans donner plus de détails. Les alliés ont lancé un groupe de travail le mois dernier pour une communication «régulière, systémique et formelle» sur la politique nord-coréenne.

«Près de 3.000 à 4.000 membres de familles séparées meurent chaque année et il y a environ 57.000 personnes qui attendent les réunions», a dit Park, en ajoutant que les réunions vidéo doivent avoir lieu immédiatement.

Depuis le premier sommet intercoréen en 2000, les deux Corées ont tenu 21 séries de réunions de familles séparées, dont la plus récente en août dernier.

kimsy@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page