Go to Contents Go to Navigation

(LEAD) Confirmation du démantèlement de 10 postes de garde nord-coréens dans la DMZ

Actualités 17.12.2018 à 17h01

SEOUL, 17 déc. (Yonhap) -- L'armée de la Corée du Sud a confirmé ce lundi le démantèlement de postes de garde nord-coréens après sa vérification sur le terrain la semaine dernière et une analyse ultérieure de plusieurs jours.

Le Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS) a annoncé les résultats de son travail du 12 décembre pour vérifier la démolition de 10 postes de garde nord-coréens dans la Zone démilitarisée (DMZ) et le désarmement d'un autre. L'armée de la Corée du Nord a également effectué un travail de vérification le même jour, mercredi dernier.

Dans le cadre de l'accord pour réduire les tensions militaires et construire la confiance, Séoul et Pyongyang se sont mis d'accord pour démolir chacun 11 postes de garde. Les deux parties ont cependant décidé d'en conserver un chacun pour sa valeur historique.

«Le ministère de la Défense (de la Corée du Sud) et le JCS ont estimé que les postes de garde du Nord, qui font l'objet de l'accord de retrait, ne sont plus en mesure d'effectuer de mission de suivi, et que (nous avons) atteint l'objectif de les démanteler», a dit Suh Wook, le directeur en chef des opérations du JCS, aux journalistes.

Suh Wook, le directeur en chef de l'opération du Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS) présente les résultats du travail du 12 décembre pour vérifier la démolition de 10 postes de garde nord-coréens dans la Zone démilitarisée (DMZ), le lundi 17 décembre 2018, au ministère de la Défense.

Il a été confirmé que le Nord a retiré toutes les troupes et installations militaires des 11 postes de garde en question. Des créneaux des postes étaient partiellement détruits mais étaient hors d'usage, selon le JCS.

Les postes de garde dans les régions montagneuses ont des créneaux reliés entre eux par des passages souterrains. Outre les postes détruits, le Nord en possède près de 150, alors que le Sud en a près de 50.

«Nous avons trouvé des créneaux sur un terrain potentiellement miné où l'accès est limité, mais tous les passages reliant les créneaux aux postes de garde se sont effondrés, ce qui signifie qu'ils sont hors d'usage», a indiqué un officiel militaire sous couvert d'anonymat.

Durant la vérification au sud de la frontière, le Nord a donné des évaluations sur place «positives», mais a demandé au Sud de retirer promptement des débris laissés après le travail du Sud pour détruire des clôtures barbelées qui entouraient des postes.

«En conclusion, les deux parties ont confirmé via la vérification sur le terrain qu'elles ont fidèlement appliqué l'accord de retrait de postes de garde à titre d'essai comme stipulé dans l'accord du 19 septembre», a dit Suh.

«Tout en maintenant une position sécuritaire ferme, notre armée renforcera le processus de paix sur la péninsule coréenne», a-t-il ajouté.

Les chefs de défense des deux Corées ont signé un accord militaire après le troisième sommet entre le président Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un à Pyongyang. L'accord comprend une série de mesures de contrôle des armes conventionnelles et de construction de la confiance.

Pour le travail de vérification, le Sud avait envoyé 11 équipes de sept membres à travers la Ligne de démarcation militaire (MDL) pour vérifier l'incapacité à opérer des postes de garde nord-coréens et de leurs installations souterraines. Le Nord avait également envoyé des équipes pour effectuer le même genre de vérification dans l'après-midi du même jour.

kimsy@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page