Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Affaire du radar : Séoul appelle le Japon à stopper sa campagne «inappropriée»

Actualités 21.01.2019 à 15h02
Choi Hyun-soo, la porte-parole du ministère de la Défense de Séoul (Photo d'archives Yonhap)

SEOUL, 21 jan. (Yonhap) -- Le ministère de la Défense de la Corée du Sud a appelé à nouveau le Japon à arrêter sa campagne médiatique «inappropriée» pour la querelle militaire autour d'un radar, alors que Tokyo se dit prêt à révéler de nouvelles preuves qui risquent d'aggraver la situation.

Les médias japonais ont rapporté que le ministère japonais de la Défense prévoyait de révéler un enregistrement par son avion patrouille maritime d'un son généralement émis quand des radars de contrôle sont détectés, pour appuyer son accusation contre la Corée du Sud d'avoir ciblé un de ses avions militaires avec son radar le 20 décembre.

Des officiels ont cependant dit qu'un seul son du récepteur d'alerte d'un avion ne permet pas de dire s'il est émis par un radar de contrôle comme le prétend Tokyo.

«Nous pensons qu'il n'est pas approprié pour Tokyo d'effectuer une campagne médiatique inappropriée afin de détourner l'attention de l'opinion internationale défavorable envers le Japon», a déclaré Choi Hyun-soo, la porte-parole du ministère de la Défense de Séoul, lors d'un point de presse régulier.

Choi a répété que Tokyo devait fournir des «informations précises» sur l'heure, le lieu et les angles concernant l'opération du radar de contrôle qui ont été, selon ses revendications, utilisé durant l'incident.

«Notre gouvernement estime que le Japon doit fournir une preuve précise, qui fera l'objet d'une vérification scientifique et objective en présence d'experts de chacune des deux parties, plutôt que de recourir à une campagne médiatique», a insisté Choi.

Au cours du mois passé, Séoul a répété que son navire n'a pas ciblé l'avion japonais avec son radar de contrôle et qu'il s'agissait d'une mission humanitaire pour secourir un bateau nord-coréen à la dérive dans les eaux internationales en mer de l'Est.

Tokyo a cependant insisté que le navire de guerre sud-coréen a pointé son radar de contrôle sur son avion de manière «dangereuse».

kimsy@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page