Go to Contents Go to Navigation

(Interview Yonhap) Ministre Kang : «Pyongyang et Washington doivent produire des accords concrets»

Actualités 22.01.2019 à 10h52

SEOUL, 22 jan. (Yonhap) -- La ministre des Affaires étrangères Kang Kyung-wha a déclaré que, comme les objectifs de dénucléarisation ont été fixés, la Corée du Nord et les Etats-Unis devraient «produire des accords concrets» pour la dénucléarisation et la paix durable lors de leur prochain sommet bilatéral.

«Le premier sommet a été historique en soi et son résultat a été un cadre très large des objectifs partagés», a fait remarquer Kang dans une interview exclusive accordée vendredi dernier dans son bureau à Korea Now, chaîne YouTube en anglais de l'agence de presse Yonhap, en faisant référence à la série d'accords conclus entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le président américain Donald Trump.

Ils ont tenu leur tout premier sommet à Singapour le 12 juin dernier et sont convenus de travailler pour un régime de paix basé sur la dénucléarisation complète de Pyongyang et des garanties de sécurité de la part de Washington.

«Donc, les objectifs sont là et le deuxième sommet doit désormais produire des accords concrets en vue de ces objectifs», a-t-elle souligné. «Je pense que ce sera, s'il se produit, un jalon très important qui se construira sur les progrès de l'année dernière.»

A propos du discours du Nouvel An dans lequel le dirigeant nord-coréen a réaffirmé son engagement pour la dénucléarisation complète, tout en avançant une menace à peine voilée de prendre une «nouvelle voie» en cas de poursuite des sanctions et pressions, Kang a estimé que son message était à la fois destiné aux Nord-Coréens et aux pays étrangers. «Je pense que, tout en consolidant la position nord-coréenne avant de revenir à la table avec les Etats-Unis, il était également destiné à l'audience nationale», a-t-elle dit.

La ministre a en outre rejeté l'opinion selon laquelle Washington aurait changé d'objectif, de la dénucléarisation vers la réduction des armes nucléaires. Citant l'étroite coordination entre les alliés face à Pyongyang, elle a affirmé qu'il était «excessif» de dire que Washington a baissé la barre.

«Il n'y a pas de changement, pas le moindre, à propos de ce qu'est le but», a assuré Kang. «C'est la dénucléarisation complète. C'est un but déclaré dans une série de résolutions du Conseil de sécurité (des Nations unies).»

En effet, les Etats-Unis sont en train de négocier «au nom de la communauté internationale», a-t-elle ajouté.

Kang a souligné que Séoul était en faveur d'un accord «global» et de mesures correspondantes «étape par étape» dont une déclaration de fin officielle de la guerre de Corée (1950-1953).

Le Nord souhaite aussi des mesures «progressives et synchronisées» dans le processus de paix.

«Le défi de la dénucléarisation est un processus. Il s'agit d'un but. Il y a beaucoup de choses qui doivent être mises en place dans le processus, mais pas nécessairement successivement», a-t-elle avancé.

«La nature de cette déclaration est quelque chose qui encouragera davantage le processus de dénucléarisation tout au long. Nous sommes toujours persuadés que c'est une très bonne mesure à prendre pour toutes les parties concernées», a-t-elle noté.

L'aide humanitaire fait partie des incitations initiales pour le Nord où beaucoup des 25 millions d'habitants vivent dans la pauvreté.

Les Etats-Unis ont récemment décidé de faciliter l'acheminement d'aides vers la Corée du Nord par des agences humanitaires internationales.

«C'est un signe positif et nous maintenons toujours que l'aide humanitaire doit être considérée séparément», a-t-elle dit.

La ministre a toutefois souligné que la communauté internationale devait mettre fidèlement en œuvre les sanctions contre le Nord jusqu'à ce que l'on soit sûr que Pyongyang est «bien sur sa voie de la dénucléarisation complète».

Elle a refusé de pronostiquer si les efforts diplomatiques actuels seront un succès ou non mais a décrit la promesse déclarée par le dirigeant nord-coréen à plusieurs reprises de développer l'économie nationale comme un possible bon indice.

«Il sait clairement qu'il ne pourra pas la remplir sous le régime des sanctions. Et pour que le régime des sanctions soit levé, il doit se diriger vers la voie de la dénucléarisation», a-t-elle noté.

A propos des conflits avec le Japon sur l'histoire commune, sa colonisation de la péninsule coréenne (1910-1945), Kang a appelé à une approche «mettant au centre les victimes».

«Je pense en fin de compte qu'il y a des faits concernant le passé. Il y a un énorme sentiment d'injustice chez les victimes du passé et vous ne pouvez pas l'ignorer», a-t-elle affirmé.

De nombreuses femmes coréennes ont été réduites à l'esclavage sexuel par l'armée impériale japonaise au cours de la Deuxième Guerre mondiale. Un bon nombre de Coréens ont été forcés à travailler dans des usines japonaises sans être rémunérés.

«Nous tenons beaucoup à prendre une approche à deux voies, vous savez, à faire face aux questions difficiles liées au passé [...] mais aussi à faire des choses sur ces nombreuses autres voies que les deux pays peuvent faire au profit de chacun des deux», a-t-elle ajouté.

La ministre des Affaires étrangères Kang Kyung-wha accorde le 18 janvier 2019 une interview exclusive à Korea Now, chaîne YouTube en anglais de Yonhap.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page