Go to Contents Go to Navigation

La cybercriminalité a augmenté de 14% à environ 150.000 cas en 2018

Science/Tech 31.01.2019 à 14h02

SEOUL, 31 jan. (Yonhap) -- La cybercriminalité s'est accrue de près de 14% en Corée du Sud l'année dernière pour atteindre environ 150.000 cas, a annoncé l'Agence nationale de la police coréenne (KNPA) dans un rapport publié aujourd'hui, en avertissant que des escroqueries par hameçonnage basées sur la messagerie instantanée et des e-mails devraient continuer à évoluer cette année.

Au total, 149.604 cybercrimes ont été perpétrés dans le pays en 2018, soit une hausse de 13,6% par rapport aux 131.734 enregistrés l'année précédente, selon le rapport de la KNPA intitulé «Analyse 2018 des cybermenaces».

Les crimes utilisant des réseaux d'information et de communication, tels que les escroqueries sur Internet, les fraudes cyber-financières et les violations d'informations personnelles et de localisation, ont représenté 123.677 cas, soit 82,7% du total, précise-t-elle.

La cybercriminalité a augmenté de 14% à environ 150.000 cas en 2018 - 1

Le rapport prévoit que les principales cybermenaces de cette année proviendront du «phishing par messagerie instantanée» sur les réseaux sociaux, d'attaques avancées de la chaîne logistique, de cyberattaques sur l'Internet des objets (IdO) et du spear phishing, une escroquerie par courrier électronique.

En particulier, le phishing par messagerie, qui prévalait au début des années 2010, devrait être à nouveau répandu. Le phishing par messagerie instantanée est un cybercrime dans lequel des fraudeurs prétendant être une connaissance demandent des virements de fonds.

Alors que l'industrie nationale de l'IdO devrait atteindre environ 17.000 milliards de wons (15,3 milliards de dollars) en 2020, le rapport a mis en garde les utilisateurs de systèmes de maison intelligente contre les attaques par déni de service distribué, une tentative malveillante de paralyser les services en ligne.

Les méthodes utilisées pour l'hameçonnage, dans lesquelles les ransomwares, un type de logiciels malveillants, se propagent par le biais d'e-mails déguisés en messages traitant de la paix intercoréenne et de problèmes sociaux, devraient évoluer sous différentes formes, a indiqué le compte-rendu.

Le rapport a conseillé aux utilisateurs d'ordinateurs de supprimer immédiatement les courriels d'origine inconnue et de ne pas cliquer sur les pièces jointes ou les liens suspects.

lp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page