Go to Contents Go to Navigation

L'ancien chef de la Cour suprême inculpé pour abus de pouvoir

Actualités 11.02.2019 à 16h01
L'ancien chef de la Cour suprême Yang Sung-tae quitte le Parquet central du district de Séoul le vendredi 11 janvier 2019 après avoir été intérrogé sur des allégations d'abus de pouvoir dans la Justice à l'époque de l'administration Park Geun-hye.
L'ex-juge de la Cour suprême Park Byong-dae quitte la Cour centrale du district de Séoul après avoir assisté à une audition qui décidera de son éventuelle détention. (Photo d'archives Yonhap)

SEOUL, 11 fév. (Yonhap) -- L'ancien chef de la Cour suprême Yang Sung-tae a été inculpé ce lundi de plus de 40 chefs d'accusation liés à des abus de pouvoir judiciaire sous sa direction.

L'inculpation de Yang est intervenue près de trois semaines après que le tribunal a approuvé un mandat pour le placer en détention provisoire. Elle marque également la fin d'une enquête de huit mois du Parquet sur des allégations qui ont remué la nation.

Les procureurs ont également inculpé deux autres anciens juges de la Cour suprême, à savoir Park Byong-dae et Ko Young-han pour leur implication dans cette affaire d'abus de pouvoir.

Yang, qui a dirigé la plus haute juridiction du pays de 2011 à 2017, est accusé d'avoir usé ou tenté d'utiliser des procès comme un levier politique pour faire du lobbying auprès du bureau de la présidente d'alors, Park Geun-hye, afin d'obtenir son approbation pour la création d'une nouvelle cour d'appel, un projet auquel il tenait depuis longtemps.

Yang est le premier chef de la Cour suprême de l'histoire judicaire sud-coréenne à avoir été arrêté en tant que suspect et va faire face à un procès pénal.

Le Parquet pense qu'il aurait chargé ses représentants à l'Administration judiciaire nationale (NCA), l'organe directeur de la plus haute instance juridique du pays, de trouver des moyens d'interférer dans des procès dont les décisions revêtaient une grande importance politique pour Park.

Yang a rejeté catégoriquement les charges. Le scandale impliquant des hauts juges et la Cour suprême a secoué le pays, plaçant le système judiciaire sous un examen sans précédent.

Yang est également inculpé d'avoir orchestré un report de la délibération d'une action en dommages et intérêts intentée par des victimes coréennes du travail forcé du Japon en temps de guerre, afin de gagner les faveurs de l'ancienne présidente qui cherchait des relations amicales avec Tokyo.

Park, Ko ainsi que le vice-directeur de la NCA, Im Jong-hun, figurent parmi les autres juges suspectés d'avoir joué des rôles clés dans les projets de Yang, incluant des pressions sur des juges pour qu'ils rendent des verdicts en faveur de Park et défavorisent ceux opposés à la création d'une autre cour d'appel.

Le Parquet a ajouté plus de charges contre Lim ce lundi, qui était déjà inculpé et détenu, pour son rôle dans des rétrogradations injustes ou transferts de juges qui résistaient à des ordres de Yang.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page